Retour

Cassini et Saturne bientôt séparées à jamais

La fin approche pour la sonde Cassini, qui, après avoir passé 13 ans auprès de Saturne, entreprend ses dernières orbites avant de se désintégrer dans son atmosphère.

Cassini a bouclé en début de semaine le premier de cinq tours rapprochés de la planète gazeuse, collectant au passage des informations sur la composition chimique de son atmosphère.

Cassini ne s’était jamais rendue aussi loin entre la planète et ses anneaux.

La sonde s’y est cependant préparée grâce aux informations obtenues sur l’une de ses lunes, Titan, au cours de sa mission. « Survoler Titan nous a préparés à nous rapprocher davantage encore de Saturne », indique l’un des responsables américains du projet, Earl Maize.

Les dernières envolées de Cassini, à quelque 1600 kilomètres au-dessus des nuages, la préparent du même coup à mettre fin à sa mission.

À compter du 11 septembre, la sonde amorcera sa descente vers Saturne, perdant progressivement le contact avec la Terre. Elle se désintégrera dans l’atmosphère de la géante gazeuse quatre jours plus tard.

Son travail se poursuivra cependant jusqu’au tout dernier moment, puisqu’elle collectera d'autres données sur Saturne pendant son plongeon final.

Les derniers moments de la sonde Cassini, résumés par la NASA (en anglais seulement) :

La « Grande finale »

Cette « mort contrôlée » de Cassini, au terme d’une mission lancée il y a 20 ans, est à la fois dramatique et romantique pour la NASA.

L’agence spatiale américaine n’a pas d'autre choix que de détruire l’engin, puisque celui-ci ne sera plus manœuvrable lorsqu’il aura épuisé tout son carburant dans les prochaines semaines.

Cassini plongera volontairement vers sa perte pour éviter d’entrer en collision avec Titan et Encelade, un autre satellite naturel de Saturne, et de les contaminer avec des germes de vie terrestre.

Cette fin tragique est lourde de conséquences, puisque la Terre perdra le seul lien qu’elle entretenait depuis plus d’une décennie avec Saturne.

Plus d'articles

Commentaires