La génétique de certains coraux les rend plus résistants aux changements climatiques, ont découvert des chercheurs. À la lumière de leurs travaux, ils croient qu'il serait possible, en croisant différentes populations, d'aider à la sauvegarde des récifs menacés.

Une recherche américaine publiée dans le magazine Science démontre que certains coraux ont un ADN qui les rend plus résistant au réchauffement climatique.

Dans leur recherche, les scientifiques ont croisé des coraux de la Grande Barrière au large de l'Australie, où les eaux sont plus chaudes, avec des coraux vivants dans des eaux plus froides, à près de 500 kilomètres au sud.

Ils ont constaté que les larves de corail dont les parents venaient du nord avaient jusqu'à dix fois plus de chances de survivre au stress thermique.

Un des principaux auteurs de cette recherche, Mikhail Matz, professeur adjoint de biologie à l'Université du Texas, estime que « les efforts pour empêcher une extinction des récifs coralliens pourraient commencer en dispersant simplement les larves de coraux dotées de ces traits génétiques pour qu'elles se greffent sur les autres récifs coralliens qui en sont dépourvus ».

Les espèces de coraux qui fabriquent des récifs dans le nord de l'océan Pacifique et dans la mer des Caraïbes sont similaires à celles utilisées pour cette recherche. Il s'agit de l'Acropora millepora.

Dans tous les océans, les récifs coralliens ont été fortement endommagés par le réchauffement des eaux résultant du changement climatique. Cette hausse de la température provoque un blanchissement des coraux, un phénomène de dépérissement conduisant à leur mort.

Les récifs fournissent nourriture et abri à de nombreuses espèces de poissons et de crustacés. Leur disparition mine l'ensemble de l'écosystème marin.

Plus d'articles

Commentaires