Retour

Charles-Philippe Lajoie attire une cinquantaine d'astronomes amateurs à Rouyn-Noranda

L'Association des astronomes amateurs de l'Abitibi-Témiscamingue a misé juste en invitant le physicien astronome originaire de Rouyn-Noranda, Charles-Philippe Lajoie. Un cinquantaine de personnes ont assisté, jeudi soir, à Rouyn-Noranda, à la conférence de celui qui a bien failli se retrouver dans l'espace pour l'Agence spatiale canadienne.

Lors de sa conférence, le Rouynorandien d'origine a abordé son parcours de candidat pour devenir astronaute à l'Agence spatiale canadienne. Il a, entre autres parlé des tests physiques et psychologiques qu'il a passés. Rappelons qu'il faisait partie des 3700 candidats en lice et qu'il a même été sélectionné parmi les 17 derniers finalistes, sans toutefois être sélectionné.

Charles-Philippe Lajoie a partagé avec le public les examens qu'il a dû relever pour faire valoir sa candidature d'astronaute.

À l'aide d'impressionnantes photos, Charles-Philippe Lajoie a aussi présenté les possibilités d'avancements scientifiques que pourrait offrir le télescope James-Webb.

Le président de l'Association des astronomes amateurs de l'Abitibi-Témiscamingue, Richard Martin, était excité de rencontrer l'astronome. Il a été fasciné d'entendre parler du télescope James-Webb et d'apprendre qu'il pourrait révolutionner l'astronomie.

« Comme Hubble l'a fait, le télescope James-Webb va réécrire les livres d'astronomie. Il n'est actuellement pas possible d'envoyer un plus gros télescope puisque les fusées existantes ne contiennent pas suffisamment de place, raconte-t-il. Ce télescope est tellement gros, qu'il devra être plié pour rentrer dans la fusée Ariane 5, ça rentre très juste », raconte-t-il.

L'Association des astronomes amateurs de l'Abitibi-Témiscamingue a pour but de mieux faire connaître l'astronomie dans sa région. En juillet dernier, elle avait, entre autres, reçu René Doyon, de l'Institut de recherche sur les exoplanètes.