Des chercheurs de l'Université de l'Alberta qui menaient une étude dans le lac Nakamun, à une heure à l'ouest d'Edmonton, ont découvert qu'en y versant du fer, celui-ci empêche la création d'algues bleues et améliore la qualité de l'eau.

« Le fer joue un rôle important dans les lacs », explique Diane Orihel, écologiste spécialisée en eau douce et auteure principale de l'étude. Les chercheurs espèrent prouver qu'en versant du fer dans le fond d'un lac, le minerai lie les nutriments ensemble, empêchant ainsi les algues bleues de se nourrir.

C'est la première étude scientifique au Canada à utiliser ce minerai, et la chercheuse y voit une alternative écologique pour enrayer la prolifération des algues bleues.

Quand elles fleurissent, elles produisent une toxine nocive pour le foie et peuvent entraîner de graves maladies si quelqu'un boit ou entre en contact avec l'eau contaminée. L'été dernier, des cyanobactéries ont de nouveau été détectées au fond des lacs albertains, et les plaisanciers, habitués aux mises en garde, évitent ces cours d'eau.

Priver les algues de phosphore

Au moyen de 15 tubes géants, Mme Orihel a testé la qualité de l'eau à différents endroits avant et après l'ajout du fer. Ses résultats démontrent que le minéral réduit le taux de phosphore et freine la croissance d'algues. En l'ajoutant à l'eau, le fer unit les particules de phosphore, ce qui empêche les algues de se nourrir de celles-ci.

Les algues se nourrissent de différents nutriments, dont le phosphore, créé par l'émiettement de sédiments au fond d'un lac. L'utilisation de phosphore dans certains fertilisants et autres produits polluants favorise la prolifération d'algues bleues, quand ces produits se déversent dans les cours d'eau.

Selon Mme Orihel, le fer a eu de grandes répercussions positives lorsqu'il était ajouté en grande quantité et de plus petits bienfaits en petite quantité. Les lacs albertains contienent naturellement moins de fer que les autres lacs des Prairies, car ce sont des lacs alcalins.

Pour Mme Orihel, son étude fait partie de la lutte mondiale pour enrayer l'évasion des algues bleues.

Les cyanobactéries asphyxient les lacs et tuent la vie aquatique, créant des zones mortes dans de nombreuses régions côtières et des lacs. Ces effets ont des répercussions importantes pour les industries de la pêche et touristiques à travers le monde.

D'après un reportage de l'émission Radio Active

Plus d'articles

Commentaires