Retour

Comment les algues ont transformé la vie sur Terre

Il y a 650 millions d'années, l'algue océanique aurait transformé le cours de l'histoire et défini la vie terrestre telle qu'on la connaît aujourd'hui. C'est ce que d'importantes découvertes semblent indiquer, selon le chercheur Jochen Brocks, de l'Université nationale d'Australie.

Des traces de biomolécules microscopiques retrouvées au fond du désert en Australie pourraient détenir les secrets de notre existence.

Selon M. Brocks et son équipe de chercheurs, ces marques montrent qu'il y a des centaines de millions d'années, l’algue océanique a vu sa population grimper de manière importante, ce qui a entraîné une transformation majeure de la chaîne alimentaire. Cet important changement a permis aux tout premiers animaux d’évoluer.

Pourquoi l’algue?

Mais comment l’algue a-t-elle réussi ce tour de force? Qu’est-ce qui l’a différenciée de tous les autres micro-organismes qui vivaient sur Terre durant cette même période?

Pour bien comprendre, il faut revenir à une des plus grandes catastrophes climatiques que la Terre n'ait jamais connue : « la Terre boule de neige ».

Bien que rien ne prouve réellement son existence, l’hypothèse de la « Terre boule de neige » est acceptée par plusieurs géologues. Il s’agirait de la période pendant laquelle la Terre aurait été entièrement couverte d’une couche de glace, du pôle Nord au pôle Sud.

Même en Équateur, les températures pouvaient plonger à - 60 degrés Celsius.

Cette période a pris fin 50 millions d’années plus tard, quand l’activité volcanique a créé des gaz à effet de serre qui ont fait fondre la glace.

Ce choc thermique aurait propagé les nutriments de phosphate créés dans l'océan, ce qui aurait permis à l’algue océanique de se multiplier.

« Cette hausse d’algues survient au même moment où les premiers animaux viennent en scène. C’est l’algue, à la base de la chaîne alimentaire qui crée cet élan d’énergie et de nutriments qui a permis à de plus grosses et plus complexes créatures d’évoluer », explique le chercheur.

Après avoir été sur Terre sans grand impact écologique pendant des milliards d’années, l’algue océanique a montré qu’elle avait plus d’un tour dans son sac.

Par exemple, contrairement aux autres micro-organismes, elle pouvait garder son ADN précieusement dans un noyau, ce qui lui a permis de survivre et d’évoluer, contrairement à plusieurs bactéries.

L’œuf ou la poule?

Bien qu’il s’agisse d’une « contribution substantielle » à la recherche scientifique, Andrew Knoll de l’Université de Harvard croit qu’il ne faut pas sauter trop rapidement aux conclusions.

« Les changements de sources alimentaires ont peut-être aidé à tracer le chemin du rayonnement animal, mais des questions clés restent sans réponses », précise le chercheur.

Une opinion que partage Nick Butterfield, un paléontologiste de l’Université Cambridge. Selon lui, même si l’information recueillie par les chercheurs est véridique, c’est son interprétation qui est fautive.

« Il n’y a pas de preuves qui indiquent que l’évolution animale est contrainte par le manque d’aliments », explique-t-il.

Ainsi, au lieu d’être l’algue océanique qui aurait permis à des organismes plus complexes d’évoluer, ce serait l’arrivée de ces nouveaux organismes, notamment l’éponge, qui aurait favorisé le développement de l’algue, soutient M. Butterfield.

Plus d'articles

Commentaires