L'identification de 121 exoplanètes de type géantes gazeuses, se trouvant dans les zones habitables autour de leurs étoiles respectives et pouvant posséder des lunes, ravive l'espoir de trouver des endroits dans notre galaxie qui peuvent abriter la vie. Explications.

Un texte d'Alain LabelleDepuis son lancement en 2009, le télescope Kepler de la NASA a permis à lui seul de confirmer l’existence de plus de 2410 exoplanètes, ces planètes qui se trouvent à l’extérieur de notre système solaire.

De ce nombre, une trentaine de planètes seulement possèdent une taille comparable à celle de la Terre et se trouvent dans les zones habitables autour de leurs étoiles. Des zones ni trop chaudes ni trop froides qui permettent à l’eau de s’y trouver sous forme liquide, l’une des conditions essentielles à la présence de la vie.

Des lunes et la vie

Or, l’identification par des scientifiques américains et australiens des 121 géantes gazeuses en zone habitable qui pourraient posséder des satellites naturels permet aujourd’hui d’espérer trouver la vie ailleurs que sur des exoplanètes.

Si les planètes gazeuses sont moins communes que les planètes rocheuses dans la Voie lactée, elles peuvent néanmoins abriter plusieurs grandes lunes.

Par exemple, dans notre système, Saturne possède au moins 62 satellites naturels, et Jupiter, 61. Plusieurs de ces satellites, comme Europe (Jupiter), Titan et Encelade (Saturne), pourraient abriter la vie.

Des exoplanètes aux exolunes

Les présents travaux du chercheur Stephen Kane de l’Université de Californie à Riverside et de ses collègues australiens rappellent que la vie peut aussi se trouver en orbite autour de planètes gazeuses, elles-mêmes impropres à l’apparition de la vie.

Jusqu’à maintenant, la détection des planètes rocheuses était la cible de choix dans notre quête de la vie ailleurs dans l’Univers, parce que la géologie et l’atmosphère de certaines d'entre elles sont similaires à celles de la Terre.

Inclure les exolunes rocheuses dans notre recherche de la vie élargira considérablement les endroits où nous pouvons regarder pour la trouver, relate Stephen Kane de l'Université de Californie à Riverside.

Des lunes plus favorables à la vie

Certains astronomes pensent que les exolunes fournissent un environnement plus favorable à la vie que les planètes rocheuses comme la Terre, parce qu'elles reçoivent de l'énergie non seulement de leur étoile, mais aussi du rayonnement réfléchi par leur planète.

« Nos données et les études qui suivront permettront d’éclairer la conception des futurs télescopes », conclut Michelle Hill de l'Université du Queensland.

Une nouvelle génération de télescopes ont la capacité de découvrir des exolunes et d'y déceler des indices révélateurs de la présence de la vie dans leur atmosphère.

Le détail de ces travaux est publié dans l’Astrophysical Journal (en anglais).