Retour

De nouveaux prédateurs à dents de sabre décrits

Deux nouvelles espèces de prédateurs préhistoriques à dents de sabre ont été décrites par des paléontologues américains et russes du musée des sciences naturelles de Caroline du Nord et du musée de paléontologie de Vyatka.

Un texte d'Alain LabelleCes nouvelles espèces améliorent notre compréhension d'un intervalle important dans l'évolution précoce des mammifères, c’est-à-dire un temps entre les extinctions massives où les rôles de certains carnivores ont changé radicalement.

Les mammifères actuels descendent d'un groupe d'animaux appelés thérapsides (Therapsida), anciennement connus sous le nom de « reptiles mammaliens ». Ce groupe diversifié de protomammifères dominait les écosystèmes terrestres pendant la période permienne (il y a environ 299-252 millions d'années), des millions d'années avant l’apparition des premiers dinosaures.

Ces protomammifères comprenaient des herbivores à défenses, des insectivores fouisseurs et des prédateurs à dents de sabre.

À ce jour, la vaste majorité des fossiles de thérapsides permiens ont été mis au jour dans le bassin du Karoo en Afrique du Sud, si bien que nos connaissances actuelles sont grandement liées à cette région du globe.

La découverte de fossiles de thérapsides provenant de l'extérieur de l'Afrique du Sud est donc extrêmement importante, puisqu’elle permet de discerner si des détails observés dans le registre des fossiles de protomammifères représentent des modèles à l'échelle planétaire ou simplement des modèles régionaux.

Les thérapsides russes

De récentes expéditions ont permis de recueillir une grande quantité de fossiles permiens très préservés près de la ville de Kotelnitch, le long de la rivière Viatka en Russie.

Ces découvertes comprennent les restes de deux espèces de protomammifères prédateurs auparavant inconnues. Elles ont été décrites par l’Américain Christian Kammerer et le Russe Vladimir Masyutin.

  • La première des deux nouvelles espèces, Gorynychus masyutinae, était un carnivore de la taille d'un loup qui devait fort probablement être le plus grand prédateur de cette région.
  • La deuxième espèce, Nochnitsa geminidens, était un carnivore plus petit possédant un long museau et des dents en forme d'aiguilles.

Gorynychus appartient à un sous-groupe de protomammifères appelés Therocephalia (tête de monstre), tandis que Nochnitsa appartient à un sous-groupe différent appelé gorgonopsiens (face de gorgone).

Les deux nouvelles espèces portent le nom de monstres légendaires du folklore russe, dignes de leur apparence menaçante. Gorynychus porte le nom de Zmey Gorynych, un dragon à trois têtes, et Nochnitsa porte le nom d'un esprit nocturne malveillant.

Ces deux espèces permettent aux paléontologues de mieux comprendre la réorganisation de l'écosystème après l'extinction du Permien moyen (il y a 260 millions d’années).

Bien qu'elle ne soit pas aussi bien connue que l'extinction massive du Permien (il y a 252 millions d’années) qui a failli anéantir les protomammifères, l'extinction massive du Permien moyen a également joué un rôle majeur dans le cours de l'évolution de ces animaux.

Dans les écosystèmes typiques du Permien tardif, les prédateurs au sommet de la chaîne alimentaire étaient des gorgonopsiens géants (de la taille d'un tigre), des gorgonopsiens à dents de sabre, et de petits insectivores appelés thérocéphales.

Dans les écosystèmes du milieu du Permien, par contre, ces rôles sont inversés. À Kotelnich, le prédateur à dents de sabre Gorynychus (un thérocéphale) occupe le sommet de la chaîne et les gorgonopsiens sont des animaux beaucoup plus petits.

Ainsi, la description de ces nouvelles espèces en provenance de Russie fournit la première preuve qu'il y a eu un renouvellement généralisé des prédateurs après l'extinction du milieu du Permien et que cela ne s’est pas seulement produit en Afrique du Sud.

Le détail de ces travaux est publié dans la revue PeerJ.

Plus d'articles