Retour

Des bactéries résistantes à un antibiotique de dernier recours prolifèrent en Chine

Une équipe de chercheurs chinois signale la découverte de bactéries ayant acquis la capacité de survivre à la colistine, un puissant antibiotique utilisé en ultime ressort. Ces bactéries ont été trouvées chez des porcs d'élevage, mais également chez des humains, une découverte qualifiée d'« alarmante » par les scientifiques.

Un texte de Marianne Desautels-Marissal

Les auteurs d'une étude publiée dans The Lancet Infectious diseases sonnent une énième alarme, face à une menace supplémentaire rapprochant l'humanité d'une éventuelle « ère post-antibiotiques » : le moment où des bactéries auront la capacité de résister à tout traitement antibiotique connu. Des patients souffrant de certaines infections bactériennes jusqu'alors traitables ne pourront être sauvés.

Les chercheurs ont découvert un nouveau gène, conférant aux bactéries en étant munies, la capacité de survivre à l'assaut d'un traitement à la colistine. De tels gènes avaient déjà été répertoriés dans le passé. La différence qui inquiète particulièrement les scientifiques, ici, réside en la nature « contagieuse » de ce gène, nommé MCR-1, qui peut être transmis d'une bactérie à d'autres par conjugaison.

L'équipe de recherche à l'origine de l'étude, menée par le Pr Liu Jianhua, a d'abord constaté lors d'un test de routine que le gène MCR-1 était anormalement répandu chez des bactéries retrouvées sur des porcs d'élevage.

Ils ont ensuite décidé de tester 1300 personnes hospitalisées dans le sud de la Chine. De ces patients, 16 étaient porteurs de superbactéries arborant le gène MRC-1. Les analyses ont révélé qu'une variété de bactéries étaient porteuses du gène de résistance, dont certaines ont un potentiel épidémique, ce qui inquiète les auteurs de l'étude, qui craignent une dissémination mondiale de la résistance à la colistine.

Les antibiotiques de la famille des polymyxines, dont la colistine fait partie, sont très puissants, mais peuvent par contre endommager les reins et être neurotoxiques. Ils sont donc habituellement utilisés en dernier recours, afin de traiter des infections graves, là où les autres antibiotiques échouent.

La Chine est le plus gros producteur de colistine, et elle y est abondamment utilisée en médecine vétérinaire, notamment dans les élevages. Les auteurs de l'étude font d'ailleurs l'hypothèse que la résistance à la colistine s'est produite chez l'animal avant de se retrouver chez l'humain, et en appellent d'une révision de son utilisation chez les animaux d'élevage.

Du bon usage des antibiotiques...

Ironiquement, l'étude est publiée en pleine Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques, la première organisée par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), qui, depuis des années, lance des avertissements et tente de conscientiser les professionnels de la santé et la population par rapport au cul-de-sac antimicrobien vers lequel nous nous dirigeons irrémédiablement.

L'OMS rappelle, à l'occasion de cette campagne tenue du 16 au 22 novembre, que la résistance aux antibiotiques est l'une des principales menaces pour la santé dans le monde, et que les antibiotiques représentent une ressource précieuse qu'il faut préserver et utiliser consciencieusement, avec parcimonie.

Plus d'articles

Commentaires