Retour

Des BPC jusque dans la fosse abyssale des Mariannes dans le Pacifique

Une équipe de chercheurs ont découvert de hautes concentrations de polluants dans des crustacés des profondeurs abyssales du Pacifique.

Des BPC (biphényles polychlorés) et des PBDE (polybromodiphényléthers), deux produits chimiques interdits depuis les années 70, ont été retrouvés dans les fosses abyssales du Pacifique, selon une nouvelle étude publiée dans la revue Nature Ecology and Evolution.

Des scientifiques ont été étonnés de retrouver de grandes concentrations de ces polluants dans les écosystèmes des profondeurs du Pacifique.

Le Dr Alan Jamieson de l’Université de Newcastle a expliqué que son équipe a récupéré des amphipodes, un crustacé, au-dessus de la fosse des Mariannes et de la fosse de Kermadec, qui font respectivement 11 et 10 kilomètres de profondeur et sont séparées de 7000 kilomètres. La fosse des Mariannes est le point le plus profond de la planète.

Les échantillons recueillis contenaient des BPC et PBDE, des composés autrefois utilisés comme isolant électrique et produit ignifuge. Dans la fosse des Mariannes, les plus forts taux de BPC étaient 50 fois plus élevés que ceux retrouvés dans les crabes de la rivière Liaohe, un des cours d’eau les plus pollués de Chine.

Le Dr Jamieson a déclaré que « les amphipodes recueillis contiennent des niveaux de contamination semblables à ceux que l’on retrouve dans la baie japonaise de Suruga », une des zones industrielles les plus polluées de la région nord-ouest du Pacifique.

Les scientifiques pensent que les polluants ont fait leur chemin jusqu’aux profondeurs du Pacifique par des débris de plastique et par des animaux morts qui ont coulé au fond de l’océan. Les amphipodes et autres animaux marins auraient été contaminés en s'en nourrissant.

L’équipe de chercheurs postule que les polluants s’accumulent dans la chaine alimentaire, ce qui expliquerait que les concentrations soient plus élevées dans les profondeurs que dans les eaux de surface.