Retour

Des chats domestiqués depuis 5000 ans en Chine

La domestication des chats, en Asie comme au Moyen-Orient, est liée à la naissance de l'agriculture. Seule différence : en Orient, c'est le chat du Bengale et non le chat sauvage occidental qui s'est engagé dans un rapprochement avec l'homme, selon une récente étude française. 

C'était une question à laquelle les scientifiques n'avaient toujours pas trouvé de réponse. Les chats domestiqués répertoriés en Chine étaient-ils le fait d'importations, ou de petits félins avaient-ils simplement été apprivoisés à cette même époque?

La découverte en 2001 d'ossements de chats dans de petits villages d'agriculteurs dans la province de Shaanxi, dans le nord de la Chine, a permis de résoudre ce mystère.

Des chercheurs du Centre national de recherche scientifique, liés au laboratoire Archéozoologie, archéobotanique : sociétés, pratiques et environnements, ont effectué une analyse de morphométrie géométrique à partir de ces ossements.

En l'absence d'ADN ancien, il s'agissait de la seule façon de différencier les ossements de ces petits félins aux ossements souvent très similaires.

Le chat du Bengale

En tout, les mandibules de cinq chats ont été analysées, toutes datées entre 3500 et 2900 avant Jésus-Christ. Les scientifiques ont finalement conclu qu'elles appartenaient à des chats du Bengale (Prionailurus bengalensis), un chat sauvage encore répandu aujourd'hui en Asie orientale et cousin éloigné du chat sauvage occidental (Felis silvestris lybica). Leurs travaux ont été publiés vendredi dernier dans la revue scientifique PLOS ONE

On compte plus de 500 millions de chats à travers le monde, ce qui en fait l'animal domestique le plus courant. Tous descendent de la forme africaine et proche-orientale du chat sauvage (Felis silvestris lybica).

À l'heure actuelle, en Chine, les chats domestiques sont également des descendants du Felis silvestris lybica, ce qui signifie que le chat du Bengale a été remplacé par son cousin dans les villages chinois après la fin du Néolithique.

Reste maintenant à savoir comment ce changement de garde s'est opéré, mais l'ouverture de la route de la soie entre l'Occident et l'Orient fait partie des hypothèses.

Plus d'articles

Commentaires