Retour

Des chercheurs de UBC captent le souffle des orques pour les étudier

Des chercheurs de l'Université de la Colombie-Britannique (UBC) espèrent mieux comprendre ce qui menace la santé des épaulards, une espèce en danger qui vit notamment au large de la province, en étudiant ce qui s'échappe de leur expiration.

Ils utilisent un long bâton auquel sont attachées des boîtes de Petri pour amasser les gouttelettes projetées de l’évent des orques quand ceux-ci expirent.

Selon Stephen Raverty, professeur adjoint à l’Institut pour les océans et les pêches de UBC, des bactéries et des champignons pouvant provoquer des maladies respiratoires ont été détectés dans les échantillons ainsi recueillis.

L'analyse de l’expiration des baleines a aussi montré la présence de bactéries résistantes aux antibiotiques utilisés par les humains et en médecine vétérinaire, soutient-il également.

M. Raverty explique que la revue Nature Scientific Reports a publié les résultats de leurs recherches.

Il ajoute que le fait d’en savoir davantage sur la santé des baleines aide également à évaluer les effets potentiels d’événements catastrophiques comme des déversements de pétrole.

Les épaulards sont étudiés depuis plus de 40 ans dans la mer Salish. Leur nombre a beaucoup diminué les dernières années. En 2005, l’espèce était déclarée en danger, et en décembre  2016, le centre de recherche sur les baleines dans l’État de Washington en répertoriait 78.

Plus d'articles

Commentaires