Retour

Des « citoyens scientifiques » pour une étude sur les monarques

En Alberta, les scientifiques demandent l'aide des citoyens afin de découvrir où les monarques, une espèce de papillon menacée, se reproduisent dans l'ouest du pays.

Pour le moment, les chercheurs ignorent où les monarques pondent leurs œufs dans l'ouest et le fait d'identifier ces sites pourrait contribuer au rétablissement de l'espèce, dont le statut est préoccupant au pays.

Ils demandent donc aux citoyens de les aider en participant au projet baptisé Mission Mornarque, qui regroupe différentes universités canadiennes, Environnement Canada et l'insectarium de Montréal.

Paul Galpern de l'Université de Calgary, un des chercheurs de l'étude, croit que cette collaboration avec les citoyens sera un élément-clé dans la découverte de ces sites de reproduction. Il appelle cela des « citoyens scientifiques ». 

S'ils veulent observer des monarques, les curieux devront se rendre là où il y a des asclépiades, un type de plantes herbacées vivaces fournissant du nectar pour les abeilles et beaucoup d'autres insectes, dont le monarque.

L'asclépiade est l'unique plante sur laquelle les monarques pondent leurs œufs. Bien que toxique pour l'homme et la plupart des animaux, elle ne l'est pas pour le monarque, dont la larve se nourrit lors de son éclosion.

Le monarque est plus commun dans le sud de l'Alberta où l'asclépiade est plus abondante, mais il a été observé jusqu'à Edmonton.

Paul Galpern encourage les citoyens à se rendre sur le site internet de Mission Monarque au courant de l'été afin d'y noter leurs observations de chenilles et d'œufs de monarques.

Plus d'articles

Commentaires