Retour

Des colliers technologiques pour détecter les chaleurs des vaches

Depuis quelques années, les producteurs laitiers peuvent compter sur des outils technologiques pour faciliter leur travail. Parmi eux, on retrouve un collier et un podomètre qui permettent de détecter le moment où les vaches sont prêtes à être inséminées.

Un reportage de Mélissa Paradis

Les producteurs du Saguenay-Lac-Saint-Jean sont de plus en plus nombreux à y recourir.

Les propriétaires de la Ferme Carol et Alain Perron ont acquis des colliers pour leurs vaches, il y a huit mois. M. Perron et sa fille Katerine peuvent ainsi connaître le moment exact où les bêtes sont prêtes à se reproduire grâce à cet outil qui mesure leur activité motrice.

Il enregistre également la rumination des vaches, permettant ainsi de s'assurer que le troupeau est en santé. Les données recueillies peuvent être consultées sur ordinateur ou sur cellulaire.

Katerine Perron cible sans trop de difficultés quand une bête est en chaleur. Elle apprécie sa nouvelle acquisition.

« Mettons qu'il y en a des moins démonstratives, l'ordinateur le voit quand même, explique-t-elle. Quand tu es capable de les inséminer plus de bonne heure, au bon temps, si elles sont gestantes, il y a un fonds de roulement là-dessus que l'intervalle est plus court entre les vêlages. C'est important pour nous autres que ça vêle toutes les années. »

Une demande croissante

Au Saguenay-Lac-Saint-Jean, un producteur laitier sur trois recourt à cette technologie, qui peut aussi prendre la forme d'un podomètre qui s'installe à la cheville.

Selon le président des Producteurs de lait du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Daniel Gobeil, la demande pour cette technologie ne cesse de croître parce qu'elle permet d'augmenter la rentabilité d'une ferme.

Des résultats concluants

Agrinova a testé l'efficacité des podomètres. Selon la chargée de projet en recherche et innovation chez Agrinova, Stéphanie Claveau, les résultats sont concluants.

« Tous ces systèmes-là détectent environ 80 % des chaleurs dans une stabulation libre, explique-t-elle. Dans une stabulation entravée, donc les vaches attachées, on a trouvé que ça détectait autour de 60 %, ça peut aller jusqu'à 70 % des chaleurs, ce qui est quand même considérable quand on dit que les producteurs vont en détecter 35, 40, 50 % quand ils sont excellents. »

Dès cet automne, Agrinova testera le dernier outil du genre, un bolus, qui sera installé dans une partie de l'estomac des vaches. Il permettra d'en mesurer l'acidité, en plus de détecter les chaleurs.

Plus d'articles

Commentaires