Retour

Des gènes corrigés avec le ciseau Crispr sont injectés à une personne

Un patient a reçu pour la première fois des gènes modifiés à l'aide de l'instrument Crispr qui permet de pénétrer directement dans une cellule vivante pour y corriger son contenu.

Cette première a été réalisée dans le cadre d’un essai clinique réalisé par l’oncologue Lu You et son équipe de l’Université Sichuan à Chengdu, en Chine.

Les chercheurs ont en fait modifié les gènes d’une personne atteinte d’une forme agressive du cancer du poumon.

Modifier les gènes

Des scientifiques tentent de modifier les gènes humains depuis les années 1970 avec des résultats plutôt mitigés. Aucune technique n’avait à ce jour créé autant d’intérêt que Crispr (Clustered Regularly Interspaced Short Palindromic Repeats).

C’est que cette méthode est plus simple et plus efficace que les autres. D’autres essais cliniques doivent d’ailleurs commencer dans les premiers mois de 2017.

L’annonce chinoise risque de relancer la course vers la mise au point d’une technique d’édition génétique disponible dans les cliniques et hôpitaux à travers le monde.

D’ailleurs, sa paternité est actuellement au coeur d'une féroce bataille de brevets. Elle oppose l'Américaine Jennifer Doudna, de l'Université de Californie à Berkeley, associée à la Française Emmanuelle Charpentier, à un jeune chercheur américain d'origine chinoise, Feng Zhang, du Broad Institute du MIT (Massachusetts Institute of Technology) à Harvard.

À terme, le recours à cet instrument permettra de soigner une maladie génétique en corrigeant la mutation en cause, ce qui guérira le patient à vie.