Retour

Des guêpes chinoises pour lutter contre l'agrile du frêne

Nouvel espoir pour venir à bout de l'agrile du frêne à Montréal : les biologistes recourent actuellement à une guêpe chinoise minuscule qui a la particularité de percer l'écorce des arbres afin de pondre à l'intérieur des larves d'agrile.

Ainsi, lorsque les œufs éclosent, la larve d'agrile est dévorée de l'intérieur.

Cet utile parasite qu'est la guêpe Tretastichus planipennisi est de la taille d'un moucheron et ne pique pas les humains. Cet agent de lutte biologique est disséminé en ce moment à deux endroits sur l'île de Montréal, soit au Jardin botanique et au Parc-nature du Bois-de-Liesse.

Cette guêpe n'inspire aucune crainte aux biologistes puisqu'elle ne présente pas de danger de devenir une espèce invasive. Elle provient de la même région de nord de la Chine que l'agrile du frêne.

L'agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) avait approuvé il y a deux ans l'introduction de deux espèces de guêpes prédatrices de la Chine, soit la Tretastichus planipennisi et la Spathius agrili.

Mais pour le moment, seule la première espèce de guêpe est utilisée au Canada.

Une stratégie astucieuse

La guêpe chinoise n'est pas expédiée aux quatre vents : on l'insère plutôt dans des blocs de bois de frêne sous forme de pupe, qui est le stade intermédiaire entre la larve et la guêpe adulte. Les blocs sont ensuite suspendus à des frênes infestés par l'agrile. Lorsque les guêpes s'envolent enfin, elles repèrent l'agrile et s'y logent.

L'ACIA explique que « l'introduction de ces guêpes s'inscrit dans une stratégie à long terme visant à réduire la population d'agrile du frêne et à atténuer la destruction des frênes canadiens ».

« La dissémination des guêpes sera surveillée de près au moyen d'études scientifiques régulières », affirmait alors l'ACIA.

La guêpe chinoise n'est pas une panacée; elle n'éliminera pas complètement l'agrile du frêne, mais on espère qu'elle réduira la population de ce ravageur.

En 2013, des guêpes chinoises ont été libérées à six reprises dans le sud-ouest de l'Ontario, plus précisément dans le comté de Huron. Il s'agissait alors d'une première. Depuis, la guêpe chinoise a aussi été disséminée dans le parc de la Gatineau.

Plus d'articles

Commentaires