Du cerf au lion, en passant par le tigre et le sanglier, les mammifères deviennent de plus en plus nocturnes, et ce, partout sur la planète.

La raison? Les espèces sauvages évitent le plus possible les interactions avec les humains, constatent la chercheuse Kaitlyn Gaynor et ses collègues de l’Université de Berkeley, aux États-Unis.

Cette équipe a compilé les données de 72 études consacrées aux comportements de 62 espèces réparties aux quatre coins du monde. Leur constat s’applique non seulement aux mammifères diurnes, mais aussi à ceux qui sont déjà considérés comme nocturnes.

Ainsi, les données concernant des espèces variées de mammifères, comme des loutres au Brésil, des lions en Tanzanie, des coyotes en Californie ou des sangliers en Pologne, ont été analysées.

Par exemple, les animaux qui étaient habituellement aussi actifs le jour que la nuit ont vu leurs activités nocturnes augmenter de 68 % en présence d’activités humaines.

Et la grosseur serait un facteur important, puisque les plus gros animaux semblent légèrement plus touchés par le phénomène.

Éviter l’humain à tout prix

Ces espèces de mammifères généralement diurnes ne font pas que fuir les activités humaines qui représentent un danger pour leur vie, comme la chasse ou la circulation automobile. Certains animaux évitent même les parcours de randonnée pédestre et les zones de camping durant la journée pour s’y rendre uniquement la nuit, lorsque l’humain n'y est pas actif.

Une réaction en chaîne

Les scientifiques estiment que ces changements de comportement chez les mammifères pourraient non seulement compromettre leurs déplacements ou leur capacité à trouver de la nourriture, mais aussi mener à un effet d'entraînement sur d'autres espèces et dans les écosystèmes.

En fait, les modèles d'activité animale reflètent des millions d'années d'évolution et d’adaptation.

Des changements dans leurs modes de vie sur une si courte période peuvent avoir des conséquences négatives chez les animaux sauvages, allant jusqu’à l’incapacité à s’adapter et la disparition.

L’année dernière, des chercheurs avaient montré que les premiers mammifèresd’abord des oiseaux de nuit, avaient commencé à profiter de la lumière du jour après l'extinction des dinosaures, il y a 66 millions d'années.

Le détail de ces travaux est publié dans la revue Science.