Retour

Des restes de pommes de terre vieux de 3800 ans découverts en Colombie-Britannique

Une étude publiée dans l'édition de décembre du journal Science Advances affirme que des restes de pommes de terre découverts en Colombie-Britannique sont la « première preuve » que les Premières Nations avaient des potagers il y a près de 4000 ans, rapporte l'Agence France-Presse.

Découvert sur les terres de la tribu Katzie, qui font maintenant partie de la Colombie-Britannique, le champ prouve ainsi que les tribus de chasseurs-cueilleurs de la région savaient jardiner.

Tanja Hoffmann, qui a mené l’étude avec des archéologues de l'Université Simon Fraser, en a conclu que des zones autrefois marécageuses avaient été aménagées par les Autochtones afin de faire pousser ces plantes comestibles sauvages.

Les chercheurs ont aussi trouvé 150 fragments d’outils qui pourraient être le bout de bâtons, durcis par le feu, servant à travailler la terre.

Les wapatos, soit l’équivalent des pommes de terre d’aujourd’hui, poussaient entre octobre et février et constituaient une importante source de féculents en hiver. Au total, 3768 wapatos ont été retrouvés.

« Les restes que nous avons retrouvés étaient brun foncé ou noircis, et bien que seule la surface extérieure ait survécu sur la plupart des spécimens, certains contenaient également de la pulpe à l'intérieur », stipule l'étude.

Plus d'articles

Commentaires