Une vague d'optimisme a déferlé sur le milieu scientifique après que deux vaccins se furent révélés efficaces pour protéger des souris du virus Zika, responsable de graves anomalies cérébrales sur le foetus.

Une seule injection de l'un ou l'autre des deux vaccins suffit pour fournir une « protection complète » à l'animal contre le virus. Une première, dit le professeur Dan Barouch de l'Université Harvard, dans la revue scientifique Nature.

Les deux types de sérums - un vaccin synthétique à base d'ADN et un vaccin classique contenant une forme inactivée et purifiée du virus - ne pourront cependant pas être commercialisés de sitôt, avertissent les scientifiques. Cela pourrait même prendre des années.

Le vaccin classique réalisé par l'Institut Walter Reed devrait être testé sur des humains avant la fin de 2016. 

Pour l'instant, aucun vaccin ni traitement n'est disponible pour traiter l'infection transmise par les moustiques, qui a déjà touché 1,5 million de personnes et qui est la cause de la malformation crânienne de plus de 1600 bébés.

Quelque 60 laboratoires et agences nationales de recherche planchent sur la recherche d'un vaccin.

Une autre bonne nouvelle

Une étude également publiée mardi dans la revue Nature démontre que les sujets infectés par le Zika sont immunisés contre une nouvelle infection par ce même virus. Les scientifiques ignorent toutefois si cette protection est indéfectible.

Plus d'articles

Commentaires