Au moment où la sonde Juno terminait sa première orbite complète autour de Jupiter, un instrument à bord a enregistré le rayonnement électromagnétique de ses aurores. Des scientifiques américains l'ont ensuite converti en son. Explications.

Un texte d'Alain Labelle

Les aurores de Jupiter sont des manifestations lumineuses similaires à celles observées aux pôles de la Terre, mais dans des proportions beaucoup plus grandes. Les capteurs de l'antenne dipolaire (WAVES) ont mesuré les ondes radio qui se propagent au pôle Sud de Jupiter.

La vidéo qui suit résume - en son et en image - les enregistrements de treize heures d'émissions radio. Ces données ont été collectées le 27 août dernier au moment où la sonde Juno passait à 4200 km au-dessus de son atmosphère. Elles ont ensuite été converties en fichiers sonores par les ingénieurs responsables de WAVES.

La gamme de fréquences de ces émissions est de 7 à 140 kilohertz. Les radioastronomes les ont surnommées les « émissions kilométriques » parce que leurs longueurs d'onde sont d'environ un kilomètre.

La NASA explique que ces émissions autour de Jupiter ont été découvertes dans les années 1950, mais qu'elles n'avaient jamais été analysées de si près.

L'un des scientifiques de la mission, Bill Kurth, de l'Université d'Iowa, explique que les enregistrements exceptionnels de ces émissions démontrent que « Jupiter nous parle comme seules les planètes gazeuses géantes peuvent le faire ». « Ces émissions radio sont les plus fortes du système solaire », dit-il. « Nous devons maintenant déterminer d'où proviennent les électrons qui les génèrent. »

Les scientifiques veulent en effet comprendre comment les électrons et les ions accélèrent le long du champ magnétique au-dessus de Jupiter pour finalement entrer en collision avec l'atmosphère, créant les éclats de lumière qui deviennent les aurores.

La sonde Juno a été lancée en août 2011 à partir de Cape Canaveral en Floride et a atteint Jupiter le 4 juillet 2016. Sa mission de plus de 1 milliard de dollars vise à étudier la composition de l'atmosphère de Jupiter et à scruter ce qui se dissimule sous son épaisse couche de nuages.

Juno doit encore effectuer 35 survols rapprochés de la planète, qu'elle étudiera jusqu'au début 2018 avant de plonger à jamais dans son atmosphère.