Retour

Étudier des rennes pour guérir des humains

Les rennes ne sont pas utiles uniquement au père Noël. Les rennes pourraient être la clé pour la guérison des blessures et la régénération de la peau et font l'objet d'une étude de la faculté de médecine vétérinaire de l'Université de Calgary.

Depuis 2008, des chercheurs à l’université de Calgary utilisent un troupeau de rennes pour plusieurs études, dont une étude sur la propagation de certains parasites dans le Grand Nord canadien en raison des changements climatiques.

Jeff Biernaskie, professeur en biologie des cellules souches, étudie aussi les ramures des rennes de ce troupeau. Ces ramures tombent chaque année et repoussent. Il croit que la régénération des ramures pourrait être la clé pour la guérison des blessures et la régénération de la peau chez les humains.

Dans le cadre de cette étude, de petites blessures ont été faites sur les bois des rennes ainsi que sur d'autres parties de leur corps.

Après quelques semaines, une cicatrice sur la blessure faite au corps des animaux alors que celles faites aux ramures avaient disparu, la pigmentation et des follicules pileux étaient revenus comme avant. « C’est une capacité remarquable qui n’a pas été observée chez un autre grand animal », affirme Jeff Biernaske.

Le professeur, qui est aussi titulaire de la chaire d'étude de la régénération et de la peau et de la guérison des blessures de l'Université de Calgary, espère pouvoir imiter le mécanisme cellulaire des ramures afin de traiter les victimes de brûlures.

« On pourrait appliquer ce processus aux blessures en créant des injections ou des crèmes, explique-t-il. Les deux options pourraient changer la manière dont les cellules réagissent à une blessure. »

Même si d’autres animaux perdent leurs ramures, comme les chevreuils et les wapitis, les rennes sont des sujets d'étude idéaux puisque les mâles et les femelles ont des bois ce qui permet aux chercheurs d’étudier le mécanisme cellulaire sans la complication des hormones.

De plus, la rapidité de la régénération des ramures des rennes est unique : un centimètre cube de tissu peut se développer en une journée. « C’est plus rapide que des tumeurs et plus rapide que les tissus de n’importe quel autre animal à l'exception des embryons », explique Jeff Biernaskie.

Il espère que l’étude leur permettra ainsi de mieux comprendre le développement des tissus, comme dans les tumeurs cancéreuses.

Un premier rapport issu de cette étude devrait être publié l’an prochain.

D'après les informations de Dave Will.

Plus d'articles

Commentaires