Retour

Grâce à la technologie, un écologiste suit les aigles de près

Que ce soit par observation aérienne ou webcam, cela fait plus de 50 ans que David Hancock observe avec passion les aigles de la Colombie-Britannique. Aujourd'hui, il place sur ces oiseaux majestueux des dispositifs de repérage à énergie solaire.

À l'origine de sa propre fondation, la Hancock Wildlife Foundation, ce défenseur de la nature utilise cette technologie de dépistage ultramoderne pour suivre les aigles quand ils quittent leur habitat.

Cependant, observer ces oiseaux n’a pas toujours été évident.

Dans les années 1950, David Hancock a piloté de petits avions au-dessus de la vallée du Fraser à la recherche de nids qu’il pourrait ensuite surveiller.

« J’ai sondé toute la vallée. Je n’ai trouvé aucun nid », raconte-t-il.

Grâce à sa détermination et à une population d’aigles croissante, M. Hancock a enfin pu observer ces aigles avec des webcams placées dans des arbres à travers la région.

Il dit avoir inventé l’installation de caméras dans les nids d’aigle.

Des centaines d’aigles nichent dans des arbres de la vallée du Fraser chaque année. Selon M. Hancock, il existe même 19 couples reproducteurs dans la région urbaine du Grand Vancouver.

Il y a 50 ans, les pygargues à tête blanche étaient chassés, et l’espèce a presque disparu, mais les efforts de conservation ont réussi à rétablir leur population.

M. Hancock estime à 35 000 le nombre d’aigles qui survolent la vallée du Fraser chaque année et qu'il s'agirait de la plus grande population du monde.