Retour

Il y a 50 ans : Une première greffe cardiaque au Canada

Le 31 mai 1968, le Dr  Pierre Grondin réalise à l'Institut de cardiologie de Montréal (ICM) la première greffe de cœur au Canada. La chirurgie cardiaque en est alors à ses balbutiements. Cette délicate opération permettra de faire connaître l'ICM à l'international.

C’est en Afrique du Sud qu’est pratiquée la toute première greffe du cœur par le docteur Christian Barnard, le 3 décembre 1967. À peine six mois plus tard, le Canada participe à cette grande percée médicale.

L’Institut de cardiologie prépare l’événement durant plus de deux mois. Le 30 mai 1968, la procédure est lancée à la suite du décès d’un donneur potentiel.

L’opération d’une durée de quatre heures se déroule sans problème. Une vingtaine de médecins spécialistes assistent le Dr Pierre Grondin et son adjoint, le Dr Gilles Lepage.

Nos images tournées le 31 mai 1968 nous montrent un homme fatigué qui se présente devant la presse canadienne au lendemain de cette première expérience. Le Dr Pierre Grondin, encore coiffé de son bonnet médical, résume l’intervention. À 4 h du matin, Dr Paul David, directeur général de l’Institut, avait annoncé aux journalistes postés devant les portes de l’hôpital que la greffe cardiaque avait été complétée.

Le lendemain, l’équipe médicale devra toutefois convoquer les médias à nouveau. Bien que l’opération ait été un succès, des complications ont entraîné le décès du receveur, Albert Murphy.

Moins d’un mois plus tard, l’équipe de l’Institut de cardiologie de Montréal, encore dirigée par Pierre Grondin, effectue une deuxième greffe. À cette occasion, Radio-Canada produit une émission spéciale pour vulgariser l’intervention: La greffe du cœur.

L’émission spéciale animée par Fernand Seguin est diffusée le 28 juin 1968, le soir de la greffe réalisée sur Gaëtan Paris. Réunis sur le plateau, les Drs Pierre Grondin et Gilles Lepage expliquent, à l’aide de schémas, les aspects techniques de l’opération. Il est aussi question des complications postopératoires et des critères de sélection du donneur et du receveur.

Le receveur Gaëtan Paris survivra pendant sept mois après la greffe cardiaque.

Au cours de l’année 1968, plus d’une centaine de transplantations sont réalisées à travers le monde. Les premiers greffés, à part quelques exceptions, ne survivent pas longtemps à leur transplantation en raison du problème des rejets.

En juillet 1968, Dr Pierre Grondin se rend en Afrique du Sud où se tient un congrès sur les greffes d’organes. Il encouragera dans les mois suivants un moratoire sur les transplantations cardiaques, le temps qu’on trouve une solution médicale à ce problème.

Il faudra attendre les années 80, avec la découverte de la cyclosporine, un médicament immunosuppresseur qui permet d’éviter la réaction de rejet, pour que les programmes de transplantations soient repris dans le monde entier.