Retour

Interventions policières : les caméras au corps efficaces

L'utilisation de minicaméras (caméras-piéton) attachées à la poitrine ou à l'épaule des policiers a mené à une réduction de 93 % des plaintes de la population contre la police, montrent les résultats d'une étude américano-britannique.

Un texte d'Alain Labelle

Les caméras-piéton font de plus en plus partie de l'uniforme des forces d'intervention de première ligne. Certains experts les considèrent même comme la solution technologique aux débordements qui minent depuis quelques années la légitimité de la police, particulièrement.

Cette étude supervisée par le Dr Barak Ariel et ses collègues de l'Institut de criminologie de l'Université Cambridge est la plus importante à ce jour à tester leur efficacité.  Pas moins de 2000 policiers américains et britanniques y ont participé.

Un observateur rationnel

Les chercheurs pensent que ces résultats s'expliquent par l'effet d'observateur de la caméra. La conscience de savoir les rencontres enregistrées améliore à la fois le comportement des personnes interpellées, mais également celui des policiers qui respectent davantage les procédures. Essentiellement, le témoin qu'est la caméra encourage les protagonistes à demeurer rationnels et à garder la tête froide.

Rationaliser les interactions parfois acrimonieuses entre la population et la police, au point où les plaintes officielles disparaissent pratiquement, pourrait bien conduire à la conclusion que l'utilisation de caméras-piéton sur le corps représente un tournant dans l'intervention policière, pensent les auteurs de l'étude, dont les travaux sont publiés dans le journal Criminal Justice and Behaviour.