Retour

L’Amundsen poursuivra sa mission arctique grâce à une subvention de 18 M$

Le brise-glace de recherche NGCC Amundsen, associé à l'Université Laval, poursuivra ses missions de recherche scientifique en Arctique grâce à une subvention de plus de 18 millions de dollars sur 5 ans.

La somme, annoncée par le gouvernement fédéral ce matin, permettra d’exploiter et de maintenir les installations de recherche de l’Amundsen de même que de bonifier les programmes de recherche sur l'Arctique à bord du navire.

« Les investissements d'aujourd'hui permettront aux scientifiques de continuer de poser des questions, interroger les hypothèses et produire les preuves dont nous avons besoin pour préserver cet environnement fragile », a souligné la ministre fédérale des Sciences, Kirsty Duncan.

Les travaux de l’Amundsen portent sur les changements climatiques et leurs impacts dans l’Arctique. Le navire compte 22 laboratoires et regroupe des spécialistes provenant de diverses disciplines.

Depuis 2003, le navire a séjourné plus de 1800 jours en mer et accueilli plus de 1400 chercheurs, techniciens, étudiants, professionnels et journalistes de plus de 20 pays.

Louis Fortier, directeur scientifique de l’Amundsen, souligne que le financement est important afin d’assurer le rendement de tous les équipements servant à récolter les données scientifiques. Les recherches menées par les scientifiques de 32 universités canadiennes, mais aussi de 11 équipes à l’international, sont très diversifiées, précise M. Fortier.

« Il y a expériences, des expéditions sophistiquées, complexes d’un point de vue logistique, mais aussi extrêmement intéressantes. Par exemple, les enquêtes sur la santé des Inuits, ce sont des trucs qu’aucun autre navire ne va faire sur la planète. »

Les sommes octroyées proviennent du programme Fonds des initiatives scientifiques majeures de la Fondation canadienne pour l’innovation (FCI).

L’Université de Montréal recevra pour sa part 4 millions de dollars pour assurer le développement de sa plateforme erudit.org consacrée aux recherches en sciences humaines et sociales. La subvention doit permettre de diffuser tous les résultats de recherche dans ces domaines d’un bout à l’autre, et ce, en français et en anglais.

Au total, ce sont 328 M$ qui sont annoncés pour l'ensemble du pays afin d'appuyer 17 infrastructures de recherche nationales dans 12 universités canadiennes.

Plus d'articles

Commentaires