Retour

L'arthrose de Dolly sans rapport avec son clonage

L'affection chronique des articulations dont souffrait la brebis Dolly à sa mort n'était pas liée à son clonage, concluent des chercheurs britanniques.

Dolly est née le 5 juillet 1996 et a été euthanasiée le 14 février 2003, parce qu’elle souffrait d’un cancer du poumon incurable. Elle n’avait que 6 ans, soit environ la moitié de l'espérance de vie de sa race de moutons Finn-Dorset.

La bête avait développé une arthrose invalidante du genou quelques mois après son 5e anniversaire.

Sa mort précoce avait suscité des inquiétudes sur les risques pour la santé engendrés par le clonage.

Le clonage innocenté

Toutefois, l’apparition de cette condition douloureuse ne serait pas liée au fait qu’elle était un clone.

Dolly est née à partir d’un noyau d'une cellule adulte prélevée dans la glande mammaire d’une brebis. D'où son nom, une référence à la poitrine généreuse de la chanteuse Dolly Parton.

Les chercheurs britanniques Kevin Sinclair et Sandra Corr, de l'Université de Nottingham, ont mené un examen radiographique des squelettes de Dolly et de sa fille naturellement conçue, Bonnie. Ils les ont ensuite comparés avec ceux de Megan et de Morag, deux agneaux issus du clonage du noyau d'une cellule d'embryon, nés avant Dolly.

L'arthrose de Dolly est « similaire à celle observée chez les moutons naturellement conçus et les clones âgés en bonne santé » notent les chercheurs dans leur étude publiée dans les « Scientific Reports » (en anglais).

L’année dernière, Kevin Sinclair et ses collègues avaient procédé à un examen médical approfondi de quatre copies génétiques de Dolly : Debbie, Denise, Dianna et Daisy. Ces quatre bêtes, nées onze ans après Dolly, sont issues des cellules de la même glande mammaire que celle qui a généré Dolly et de la même technique de clonage.

Elles avaient toutes dépassé le seuil des neuf ans et avaient plutôt une bonne santé générale.

Des cas d'arthrose légère et un cas d'une forme modérée avaient été observés, mais rien d'inhabituel pour leur âge.

Plus d'articles

Commentaires