Le télescope spatial Hubble de la NASA a permis d'observer l'étoile individuelle la plus éloignée de notre système solaire à ce jour.

Un texte d'Alain LabelleSelon la NASA, cette étoile – de type supergéante bleue – est située à 9,3 milliards d'années-lumière de la Terre. Elle nous apparaît sous la forme qu'elle avait lorsque l'Univers n'en était environ qu'au tiers de son existence. Par comparaison, le big bang, qui a donné naissance à l’Univers, s’est produit il y a 13,8 milliards d’années.

Cette étoile est officiellement enregistrée sous le nom de MACS J1149 + 2223 Lensed Star-1, mais ses découvreurs l’ont surnommée Icarus.

Habituellement, la luminosité de ce type d’étoile est beaucoup trop faible pour que les télescopes terrestres puissent les détecter, malgré le fait que celles-ci soient jusqu’à un million de fois plus lumineuses et environ deux fois plus chaudes que notre Soleil.

Mais grâce à une bizarrerie de la nature – le phénomène de lentille gravitationnelle –, le télescope spatial Hubble a repéré cette étoile lointaine et par le fait même établi un nouveau record de distance.

Dans le cas présent, l’étoile n'est visible que parce qu'elle est amplifiée par la gravité d'un amas massif de galaxies situé à environ 5 milliards d'années-lumière de la Terre. Cet amas, appelé MACS J1149 + 2223, est illustré à gauche, sur l’image qui accompagne le présent texte. Il se trouve entre la Terre et la galaxie spirale lointaine qui comprend Icarus.

En outre, des galaxies plus anciennes ont déjà été observées, mais jamais dans le détail d’étoiles individuelles.

La détection d’Icarus a aussi permis de tester la théorie de la matière noire et de sonder la composition de l’amas de galaxies au premier plan.

Le détail de cette découverte est publié dans la revue Nature Astronomy.

Plus d'articles