Retour

La détection des ondes gravitationnelles vaut le Nobel de physique à trois Américains

Trois astrophysiciens américains, Rainer Weiss, Barry Barish et Kip Thorne, ont reçu mardi le prix Nobel de physique pour « leurs contributions décisives à la conception du détecteur LIGO et à l'observation des ondes gravitationnelles ».

La détection de ces ondes gravitationnelles, qui a permis de confirmer une prédiction faite par Albert Einstein en 1915, « a bouleversé le monde », a souligné le secrétaire général de l'Académie des sciences, Göran Hansson.

« Nous savions que des ondes gravitationnelles existaient, mais c'est la première fois qu'elles ont été observées directement », s'est réjouie Olga Botner, membre du comité de physique Nobel lors d'une conférence de presse.

Les ondes gravitationnelles, des ondulations de l’espace-temps, ont été détectées une première fois le 14 septembre 2015 grâce à l’instrument LIGO (Laser Interferometer Gravitationel-Wave Observatory), composé de deux détecteurs identiques basés en Louisiane et dans l’État de Washington.

L’annonce officielle de la découverte, qui ouvre une nouvelle fenêtre sur la connaissance de l’Univers, avait été faite le 11 février 2016.

Les scientifiques avaient déterminé que les ondes gravitationnelles, détectées dans un écart de 7,1 millisecondes par LIGO, étaient nées il y a 1,3 milliard d’années, pendant la dernière fraction de seconde avant la fusion de deux trous noirs.

Albert Einstein avait avancé dès 1915 que l'espace-temps se courbe en fonction de la distribution de la matière et de l'énergie. Il est localement courbé par une masse; la Terre, par exemple, courbe localement l'espace-temps dans son voisinage.

Si, par surcroît, cette masse bouge, la courbure produite va elle-même se propager sous forme d'ondulation. Lorsqu'elles sont produites par un corps très condensé, comme un trou noir ou une étoile à neutrons, ces ondulations de courbure agitent l'espace et produisent ces ondes gravitationnelles, qui se propagent à la vitesse de la lumière.

Plus d'articles

Commentaires