Retour

La « licorne sibérienne » a côtoyé les hommes

L'Elasmotherium sibiricum, mieux connu sous le nom de « licorne sibérienne », s'est éteint il y a seulement 29 000 ans, soit à une période contemporaine des hommes préhistoriques, ont établi des paléontologues russes.

L'extinction de cette espèce de grands rhinocéros était jusqu'à aujourd'hui datée d'il y a 350 000 ans, soit bien avant l'apparition de l'homme moderne.

Ces conclusions ont été tirées après l'analyse notamment d'un crâne de cet animal découvert à proximité du village de Kozhamzhar dans la région de Pavlodar, au Kazakhstan.

Une autre hypothèse veut que certains spécimens aient pu migrer pour s'établir pendant un certain temps dans les régions plus au sud de la Sibérie.

Le présent fossile a fait l'objet d'une datation au carbone 14 au département d'archéologie de l'Université Queen à Belfast, au Royaume-Uni. Conclusion : la mort de cet animal, probablement un très grand mâle, remonte à 29 000 ans.

 Son habitat s'étendait sur un vaste territoire allant du fleuve Don jusqu'à l'est du Kazakhstan actuel.

Selon de précédentes descriptions, l'Elasmotherium sibiricum mesurait environ 2 mètres de haut et 4,5 mètres de long pour un poids de 4 tonnes environ.

Ce gabarit le plaçait plus près du mammouth laineux que du cheval.

Malgré son imposante stature, cette licorne était probablement un herbivore.

Les présents travaux sont l'objet d'un article publié dans l'American Journal of Applied Science.

Plus d'articles

Commentaires