Retour

La mémoire d'une crise cardiaque inscrite dans les gènes?

Le souvenir d'une crise cardiaque serait « entreposé » dans nos gènes par des changements épigénétiques, affirment des chercheurs suédois.

Un texte d'Alain Labelle

Notre constitution génétique est héritée de nos parents. La science sait depuis quelques années déjà que, durant notre vie, des modifications chimiques peuvent survenir dans l'ADN et influer sur l'état d'un gène.

Ces changements dits épigénétiques peuvent mener à l'apparition de maladies.

Le chercheur Asa Johansson et ses collègues de l'Université Uppsala ont examiné ces changements chez des personnes qui ont été victimes d'une crise cardiaque (infarctus du myocarde).

« Durant une crise cardiaque, le corps réagit en activant certains gènes. Ce mécanisme permet de protéger les tissus pendant la phase aiguë de la crise et aide à restaurer le corps par la suite », explique M. Johansson.

« Il était donc probable que certains changements épigénétiques se produisent également à la suite d'une crise cardiaque », ajoute-t-il.

Ainsi, chez les personnes ayant subi une crise cardiaque, les chercheurs ont identifié 196 gènes qui présentent des altérations spécifiques de l'ADN, précédemment associés aux maladies cardiovasculaires.

Toutefois, les chercheurs n'ont pas pu déterminer si ces différences ont contribué à l'apparition de la maladie ou si elles sont uniquement la mémoire de l'activation de gènes associés à la crise cardiaque.

Les auteurs de ces travaux publiés dans le journal Human Molecular Genetics espèrent que leur recherche contribuera à améliorer la connaissance de l'importance de l'épigénétique dans la survenue d'une crise cardiaque, et à long terme permettra la création de meilleurs médicaments et traitements.

Plus d'articles

Commentaires