Retour

La NASA rallume des propulseurs de la sonde Voyager après 37 ans

Voilà 37 ans qu'ils étaient éteints, dans le froid du vide spatial. La NASA vient de rallumer quatre moteurs de la sonde spatiale Voyager 1, l'objet de nature humaine se trouvant à la plus grande distance de notre planète.

L'opération, effectuée vendredi, « va permettre de prolonger la vie de Voyager 1 de deux ou trois ans », a indiqué par communiqué Suzanne Dodd, directrice de projet pour l'agence spatiale américaine.

Ces moteurs servent à orienter la sonde dans une direction facilitant le contact radio avec la Terre.

Depuis son lancement il y a 40 ans, la sonde Voyager 1 a transformé l'astronomie et l'exploration spatiale. L'engin file dans le vide spatial à environ 17 kilomètres par seconde et se trouve présentement à environ 21 milliards de kilomètres de notre planète.

Pour réactiver les propulseurs à une telle distance, la NASA a donc dû faire preuve d'ingéniosité.

« Si vous essayez de démarrer une voiture qui est restée dans un garage pendant des décennies, vous ne vous attendrez probablement pas à ce que le moteur démarre », a ainsi souligné la NASA, avant de rappeler que les moteurs en question étaient silencieux depuis novembre 1980.

Les ingénieurs de l'agence spatiale américaine ont donc dû « examiner les logiciels qui avaient été codés dans un langage obsolète », mentionne l'ingénieur en chef Chris Jones.

Une fois la possible solution trouvée, les scientifiques ont dû patienter pendant 19 heures et 35 minutes, le temps que leurs instructions ne franchissent, à la vitesse de la lumière, l'incroyable distance séparant Voyager 1 de sa planète d'origine. Le résultat positif n'a été connu que mercredi.

Dès janvier, les quatre moteurs sortis de leur torpeur reprendront du service pour remplacer d'autres propulseurs dont l'état se dégradait depuis 2014.

Et puisque la démarche de la NASA a été couronnée de succès sur Voyager 1, l'agence spatiale envisage de répéter l'expérience avec la sonde jumelle Voyager 2.

Plus d'articles

Commentaires