Retour

La propagation des métastases bientôt stoppée?

Certaines cellules cancéreuses peuvent prélever du sang dans des vaisseaux sanguins matures, ce qui leur permet de se développer, de se propager dans le corps et de former des métastases, ont découvert des chercheurs canadiens et britanniques. Explications.

Un texte d'Alain Labelle

Le Dr Peter Metrakos et ses collègues de l'Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill à Montréal ainsi que leurs collaborateurs de l'Institute of Cancer Research de Londres pensent que cette découverte améliorera la vie et le pronostic des personnes atteintes d'un cancer du côlon métastasé dans le foie.

Les chercheurs, dont les travaux sont publiés dans la revue Nature Medecine, tentent actuellement de mieux comprendre les mécanismes à la base de cette percée, ce qui pourrait éventuellement aboutir à des traitements plus ciblés qui empêcheront la progression du cancer.

Quand les métastases apparaissent

Le cancer du côlon est souvent traité par l'ablation chirurgicale de la tumeur, mais jusqu'à la moitié des personnes opérées développent des métastases hépatiques. Celles-ci se forment lorsque les cellules cancéreuses se détachent du site primaire de la tumeur et pénètrent dans le sang pour se propager à d'autres parties du corps. Ce type de récurrence du cancer est souvent fatal.

Si la chimiothérapie prolonge la vie de ces patients, elle ne peut cependant pas les guérir.

Arrêter les métastases

Plusieurs laboratoires travaillent actuellement à tenter d'arrêter le développement des métastases, et l'angiogenèse est l'un des mécanismes les plus étudiés. C'est grâce à ce mécanisme bien connu que les cellules cancéreuses induisent la production de nouveaux vaisseaux sanguins pour mieux proliférer.

Depuis dix ans, des chercheurs ont développé des médicaments, appelés des anti-angiogéniques, qui ciblent ce processus. Il semblait évident qu'en empêchant la tumeur d'avoir accès au sang, la tumeur se développerait plus lentement, voire mourrait complètement. Mais non, ces médicaments n'ont pas eu les résultats escomptés.

En fait, les présents travaux ont révélé qu'environ 40 % à 45 % des tumeurs dérivent leur apport sanguin des nouveaux vaisseaux sanguins, tandis que 40 % à 45 % l'obtiennent grâce à des vaisseaux sanguins déjà existants dans le foie.

Les chercheurs pensaient que les tumeurs provoquaient toujours la formation de nouveaux vaisseaux sanguins, mais ce qu'ils ont découvert était tout autre.

D'autres recherches sont maintenant nécessaires, mais d'après les données préliminaires, cette découverte pourrait contribuer à bloquer d'autres tumeurs, comme celles qui sont responsables du cancer du cerveau, du cancer du poumon, des carcinomes à cellules rénales et de bien d'autres cancers.

En septembre dernier, des chercheurs de Colombie-Britannique avaient découvert un mécanisme qui permet aux cellules cancéreuses de jouer à cache-cache avec le système immunitaire et de former des métastases. Cette percée permet de comprendre une autre étape cruciale qui permet aux cellules cancéreuses de se répandre dans le corps.