Retour

La réalité virtuelle jusqu’au bout des doigts

Simon Landry, de Moncton, au Nouveau-Brunswick, présente au salon CES 2017, à Las Vegas, le prototype d'un appareil qui ajoute la sensation du toucher à la réalité virtuelle.

Étudiant au doctorat en neurosciences à l’Université de Montréal, il travaille avec l’entreprise américaine Tactai pour mettre au point l’appareil de toucher virtuel. Le prototype, un peu plus gros qu’un dé à coudre, se porte au bout des doigts.

« La réalité virtuelle, tu mets un casque et tu te dis : “Ah, je me trouve quelque part d’autre.” Ça, c’est basé sur [le fait de] changer ce que tu voies et changer ce que tu entends. Ce qu’on est en train de travailler dessus, c’est de changer ce que tu ressens au niveau de tes doigts. On va ajouter le sens du toucher à la réalité virtuelle », explique Simon Landry en entrevue à l’émission Tout un samedi, d’ICI Acadie.

L’appareil donne à l’utilisateur la sensation de toucher ce qu’il voit avec son casque de réalité virtuelle.

C’est comme dans [le film] Minority Report. Tu es capable, ça existe, on l’a fait, de toucher des choses. Non seulement tu es capable de les toucher, ça te donne l’impression de pouvoir sentir la texture des objets.

Simon Landry

Simon Landry explique qu’il a passé deux ans à produire lui-même un prototype. Il s’est ensuite associé à Tactai qui travaillait sur le même genre de produit. L’entreprise Ericsson, un géant suédois des télécommunications, les a invités à présenter leur prototype au salon CES 2017 (Consumer Electronic Show), qui se déroule à Las Vegas jusqu’à dimanche. Cet événement annuel se consacre à l’innovation technologique pour les consommateurs. L’an dernier, plus de 177 000 personnes y ont assisté. Les exposants proviennent des quatre coins du monde.

Plus d'articles

Commentaires