Retour

La science de l’amour : une question d’hormones

Je suis météorologue : je sais ce qui provoque les coups de foudre au sein des orages, mais comment se produisent ceux entre deux êtres, humains ou animaux?

Coup de foudre animal

Parce que oui! Il semble que les animaux peuvent aussi vivre des coups de foudre, puisque c’est un processus chimique et sensoriel. Pour eux comme pour nous, quand ça arrive, tous les sens s’éveillent. Chez certaines espèces, l’odorat prédomine pour choisir leur partenaire, alors que pour d’autres, c’est l’ouïe ou la vue.

Par exemple, l’oiseau du paradis lance d’abord des cris vigoureux avant de faire une parade où il déploie ses superbes plumes dorées; chez le singe cercopithèque, ses parties génitales prennent des couleurs vives afin d’attirer l’attention de la femelle; les lucioles s’envoient des codes lumineux et le poisson-fugu trace dans le sable une rosace au centre de laquelle un nid attend les œufs d’une éventuelle fécondation.

Nous aussi quand on est en mode séduction, on utilise plusieurs techniques, consciemment ou non. On soigne notre habillement, on tient un discours intelligent ou humoristique, on choisit un lieu romantique... Sans le savoir, on se prépare au coup de foudre.

Disponibilité

En fait, selon le psychiatre Boris Cyrulnik, les gens dont l’esprit est préoccupé ne seront pas atteints par le coup de foudre. Il faut certaines prédispositions.

Il ajoute que le coup de foudre ne relève pas du hasard : il survient avec une personne qui ranime l’empreinte. Cette dernière représente les souvenirs des premiers moments de plaisirs éprouvés auprès de notre mère; des images fortes imprégnées dans notre cerveau. Quand, par un quelconque moyen sensoriel, la présence d’une personne réveille cette empreinte, il y a un genre d’osmose qui s’installe avec cet être.

À ce moment-là, le corps sécrète des substances volatiles, les phéromones, qui s’échappent particulièrement par les aisselles de l’un pour pénétrer dans les narines de l’autre et rejoindre l’hypothalamus de son cerveau.

Cocktail d’hormones

Si l’être visé est sensible à ce message chimique, plus de 250 hormones et neurotransmetteurs s’activent alors dans son cerveau.

Entre autres, le taux d’adrénaline est à la hausse entraînant plusieurs effets : accélération du rythme cardiaque, de la pression artérielle et de la respiration; vasodilatation provoquant le rougissement du visage.

La vigilance est accrue et tout est enregistré. Une personne frappée d’un coup de foudre se souvient des moindres détails : lieu, température, habillement, environnement.

C’est aussi le moment où les bafouillages sont à l’honneur en raison de l’afflux de neurotransmetteurs sur les zones du langage.

Deux hormones jouent particulièrement un rôle important : la sérotonine (chargée de réguler les émotions) et la dopamine (l’hormone du plaisir). Cette dernière est fortement augmentée, car on ne veut pas perdre la sensation de bien-être et de plaisir. Quant à la sérotonine, elle diminue beaucoup, faisant ainsi perdre tout sens critique aux amoureux.

Et cet effet euphorisant peut durer plusieurs semaines ou même plusieurs mois!

L’adage l’a dit : l’amour est aveugle!

Durée d’un coup de foudre

Plusieurs recherches et études concluent que la passion amoureuse qui concentre toute notre énergie sur l’être aimé dure trois ans.

Après ce temps, selon la sexologue Marie Veluire, la réalité et l’autonomie de chacun reprennent lentement le dessus; la dopamine diminue et la sérotonine finit par jouer son rôle. Mais la passion qui s’atténue ne fait pas nécessairement disparaître le sentiment amoureux! Pour plusieurs, la relation se modifie pour s’établir sur des bases plus sereines.

Et une des responsables de cette transformation de la passion vers l’amour profond est l’ocytocine. Secrétée par les femmes au moment de l’accouchement, cette hormone de l’attachement met en place le lien qui unit une mère et son enfant.

Mais elle intervient aussi dans les relations d’amour et d’amitié : l’ocytocine augmente les comportements sociaux comme l’altruisme, l’empathie, la confiance en l’autre et la générosité.

D’ailleurs pour revenir aux animaux, on note chez les oiseaux qui gardent leur même partenaire toute leur vie – comme les cygnes - un taux d’ocytocine élevé. Les endocrinologues sont d’accord sur le fait que pour stimuler la production de cette hormone, il faut prendre soin de sa relation. Les couples doivent discuter, pratiquer des activités ensemble, rire et faire des câlins!

Les câlins : bons pour la santé!

Je ne vous apprends rien vous disant que les corps à corps sont essentiels à la reproduction; mais ils ont aussi bien d’autres avantages.

Ceux qui le font au moins une fois par semaine ont deux fois moins de risque d’avoir un problème cardiaque, vasculaire, que ceux qui ne le font qu’une fois par mois.

Jean-Claude Verdier, cardiologue
  1. Avec une dépense calorique de 150 à 300 calories par épisode, c’est efficace et payant : ça équivaut à un mille-feuille. Il s’agit toutefois de ne pas en manger un à chaque occasion!
  2. C’est aussi un excellent antistress. Éprouver du plaisir, diminue le cortisol et l’adrénaline, les hormones qui causent le stress. De plus, serrer l’être aimé dans nos bras élève le taux d’ocytocine dans notre sang et plus il augmente, plus celui du cortisol baisse.
  3. Et cette hormone des amoureux reste dans le sang plusieurs heures après qu’elle a été secrétée. Donc, détente assurée.
  4. Ah oui : l’ocytocine augmenterait aussi nos capacités intellectuelles…
  5. Les endorphines secrétées lors de l’acte sexuel sont de puissants antidouleurs; elles diminuent donc la gravité de certaines pathologies. Elles entraînent même une disparition des maux de tête (!) à un point tel que des études évaluent la possibilité de donner ces antalgiques naturels pour soigner les migraines, n’ayant aucun effet secondaire.
  6. Les câlins – et l’augmentation des hormones sexuelles (testostérone et œstrogène) favorisent la vascularisation cutanée et la fabrication d’élastine et de collagène rendant le teint plus éclatant et les amoureux plus beaux.
  7. Les échanges de micro-organismes dynamisent notre système immunitaire nous rendant plus résistants aux rhumes.
  8. Et les bisous, augmentant la salivation, repoussent la formation de plaques dentaires.

Vous voyez? Rien que du bon!

Plus d'articles

Commentaires