Maintenant que l'hiver semble derrière nous et que la neige au sol disparaîtra durant les prochaines semaines, les traces du sel qu'on a utilisé durant la saison froide sont encore bien présentes dans les rues et sur les trottoirs. Au fait, pourquoi utilise-t-on du sel (de type chlorure de sodium) sur nos routes?

Un texte de Pascal Yiacouvakis

D’entrée de jeu on sait que l’eau gèle à 0°C. En fait, c’est plutôt l’eau pure qui gèle à 0°C et dès qu’il y a des impuretés dans l’eau, celle-ci ne gèle plus tout à fait à cette température, mais plutôt à une température plus froide.

De plus, ceci peut paraître paradoxal, mais tout juste au-dessus de la glace (peu importe la température), on observe une fine couche d’eau liquide. À ce niveau, soit à l’échelle microscopique, il existe un équilibre fragile entre la phase solide (glace) et liquide (eau), c'est-à-dire qu’il y a autant de molécules qui passent de la phase liquide à la phase solide qu’il en passe du solide au liquide, et ce à chaque instant.

La glace et le sel

Maintenant, que se passe-t-il si on ajoute du sel sur la glace?

Le sel a la propriété de se dissoudre facilement et rapidement dans l’eau. Le sel va donc se dissoudre dans la fine couche d’eau liquide tout juste au-dessus de la glace. Ce nouveau mélange eau-sel ne gèle pas à 0°C, car l’ajout de sel perturbe la cristallisation de l’eau (formation de la glace).

On abaisse ainsi la température de solidification de l’eau à des températures inférieures à 0°C. Par le fait même, la glace se met alors à fondre, car l’équilibre entre la phase liquide et solide est rompu au profit de la phase liquide, ainsi plus de molécules passent de l’état solide vers l’état liquide. La glace s’amincit et la couche liquide s’épaissit : la glace fond.

Le sel, mais pas toujours

C’est surtout parce qu’il est bon marché qu’on utilise le sel si abondamment. Il est toutefois important de souligner que cette solubilité dépend de la température.

Ainsi, à des températures très basses, soit inférieures à environ -10°C, la solubilité du sel et sa capacité à faire fondre la glace diminuent. En deux mots, le sel est de moins en moins efficace lorsqu’il fait très froid.

Pour pallier ce problème, il existe d’autres types de sel plus efficaces, mais ceux-ci sont beaucoup plus chers et donc moins utilisés. Le sel a beau être utile, on doit en épandre de très grandes quantités sur nos routes l’hiver.

Évidemment, ceci a un impact néfaste sur l’environnement, que ce soit sur la flore, la faune et la qualité de l’eau.