Retour

Le mâle veuve noire préfère les jeunes femelles... pour survivre

Pour éviter de finir en repas après l'accouplement, le mâle veuve noire préfère tomber dans la toile d'une jeune araignée, encore incapable de le cannibaliser. Le monde des araignées est réputé pour son cannibalisme. Chez plusieurs espèces, les femelles mangent leur compagnon après la copulation.

Un texte d'Alain Labelle

Or, la chercheuse Maydiannne Andrade et ses collègues de l'Université de Toronto ont découvert que certaines veuves noires mâles ont trouvé un moyen de s'accoupler plusieurs fois sans être mangées.

Leur secret? Inséminer les femelles encore immatures.

Ce n'est pas parce qu'ils sont attirés par les adolescentes, mais parce que ces jeunes femelles ne les dévorent que rarement après l'accouplement, contrairement à leurs aînées.

Au cours des 2 ou 3 derniers jours précédant leur mue finale, les femelles ont pleinement développé leur organe d'entreposage du sperme appelé spermathèque, mais celles-ci sont encore couvertes par leur exosquelette juvénile.

Lors d'expériences en laboratoire et des observations dans la nature, les scientifiques ont découvert que certaines araignées mâles intrépides ont appris à utiliser leurs crochets pour perforer l'abdomen des femelles au bon endroit pour accéder à la spermathèque.

Ce comportement ne cause pas de tort à la femelle qui, de doute façon, change bientôt de carapace. Il ne semble pas non plus affecter le développement ni la fertilité des femelles juvéniles.

Les femelles conservent même le sperme jusqu'à leur maturité pour donner naissance à une progéniture. Environ 30% des femelles seraient fécondées avant leur maturité, estiment les biologistes dont les résultats sont publiés dans les Biology Letters de la Société royale britannique.

Cette stratégie d'accouplement non seulement permet la survie du mâle, mais lui permet de s'accoupler avec d'autres femelles, et ainsi passer ses gènes puisque, généralement, le premier mâle qui s'accouple avec une femelle a de meilleures chances de la féconder.

Plus d'articles

Commentaires