Retour

Le Néandertalien, l'homme qui explorait les grottes

L'homme de Néandertal s'est bel et bien aventuré dans des grottes et y a construit d'énigmatiques structures en stalagmites, il y a 176 500 ans, ce qui met à mal l'image de brute qu'on lui accole souvent.

La découverte, qui laisse pantois ses auteurs et de nombreux autres experts, a été faite par des chercheurs français dans la grotte de Bruniquel, dans le sud-ouest de la France.

À 330 mètres de l'entrée de la cavité, les spéléologues ont découvert des tas de stalagmites accumulées, empilées et agencées. Deux des structures étaient en forme d'enclos. C'est la plus ancienne construction jamais découverte aussi loin de la lumière du jour.

 

Les Néandertaliens ont dû arracher des stalagmites avant de les superposer. L'une des structures, de plus de 6,7 mètres de large, comprend une espèce de muret d'environ 30 centimètres. « Ils ont déplacé 2,3 tonnes de matériel. Cela ne peut être qu'un travail collectif », fait remarquer M. Jaubert.

Mieux encore, ils avaient imaginé un moyen d'éclairage en faisant brûler des os, comme en témoignent des traces retrouvées dans la grotte. 

L'homme de Néandertal, qui a vécu entre 250 000 et 40 000 ans, apparaît sous un nouveau jour à la lumière de cette découverte, qui « fait bouger les lignes », comme le mentionne le chercheur.

Pour Jacques Jaubert, la découverte de Bruniquel « apporte une perception différente de Néandertal », qui « s'était déjà approprié le monde souterrain », bien avant l'homme moderne, Homo sapiens, dont les plus anciennes traces sous terre, découvertes dans la grotte Chauvet, en Ardèche, datent de 38 000 ans.

Pas si rustre que ça, le Néandertal

Le paléoanthropologue Bruno Maureille pense depuis longtemps que les Néandertaliens avaient les mêmes capacités cognitives que les hommes modernes contemporains, mais « avec Bruniquel, on a des données très solides pour l'affirmer ».

Reste maintenant à élucider le mystère des structures circulaires construites dans la grotte. Gestes rituels ou cultuels? Difficile d'y répondre pour le moment, mais les chercheurs comptent demander l'autorisation de faire de nouveaux prélèvements dans les entrailles de Bruniquel, où sommeillent peut-être de fascinants secrets.

Plus d'articles

Commentaires