Retour

Le nombre de léopards s’effondre en Afrique du Sud

Il y a de moins en moins de léopards dans le massif du Soutpansberg, en Afrique du Sud, à tel point que ces grands félins pourraient disparaître d'ici à 2020 dans cette zone où ils étaient autrefois très nombreux.

La raison de cette baisse dramatique? Les éleveurs tuent illégalement les léopards afin de protéger leurs troupeaux.

Ces félins ont vu leur densité (nombre d'animaux/100 km2) chuter de 44 % entre 2012 et 2016 dans la zone étudiée par les chercheurs britanniques de l’Université Durham.

Depuis 2008, leur densité a baissé de 66 %, tombant de 10,73 à 3,65 léopards par 100 km2.

Si la région étudiée est représentative de l'ensemble des 6800 km2 du massif du Soutpansberg, une extrapolation des résultats laisse à penser que le nombre total de léopards adultes dans le Soutpansberg est tombé d'environ 630 en 2008 à 250 en 2016.

Cela correspond à un déclin extrêmement rapide, estiment les chercheurs, dont les travaux sont publiés dans la revue Royal Society Open Science.

« C'est particulièrement inquiétant, dans la mesure où, dans cette région, la densité de léopards était l'une des plus élevées d'Afrique », explique Sam Williams .

Pour se débarrasser des léopards, les éleveurs posent des pièges, les empoisonnent ou les abattent avec des armes à feu illégales. Il existe pourtant des techniques non létales, comme des chiens de garde, pour éloigner ces prédateurs.

Durant l’étude, les chercheurs ont installé des appareils photo qui fonctionnaient en permanence de janvier 2012 à février 2016, pour recenser les léopards. Seize adultes mâles, 28 adultes femelles et 21 petits ont été photographiés. Ils ont aussi muni huit félins d'un collier GPS pendant 455 jours. Trois sont morts dans des pièges, un a été abattu sans permis, deux ont disparu et sont présumés morts.

Le nombre de léopards adultes en Afrique du Sud est estimé à quelque 4500. Il n'existe cependant pas d'estimations fiables de leur population dans le monde. Le léopard (Panthera pardus) est classé comme vulnérable sur la liste rouge de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

Plus d'articles

Commentaires