Retour

Le petit cerveau étonnamment complexe d’Homo naledi

Malgré la taille relativement petite de son cerveau, Homo naledi partageait plusieurs aspects communs de sa structure cérébrale avec d'autres espèces du genre Homo, comme Homo habilis ou Homo erectus, qu'on ne retrouve pas chez d'autres homininés comme les grands singes. Explications.

Un texte d'Alain LabelleCette ressemblance laisse à penser que des changements dans la structure du cerveau sont intervenus très tôt au sein de notre genre Homo, conclut une équipe internationale d’anthropologues qui a reconstitué la forme du cerveau d'Homo naledi à partir de fragments de crâne provenant d'au moins cinq individus adultes.

L'un d'eux portait une empreinte très nette des replis sinueux du cortex observés à la surface du lobe frontal gauche du cerveau.

« D'autres membres de notre genre, d’Homo erectus à Homo habilis, possédaient aussi de petits cerveaux et partageaient également des caractéristiques du lobe frontal avec des humains actuels. », expliquent les auteurs.

Toutefois, des ancêtres du genre humain, comme Australopithecus africanus, possédaient des cerveaux aux lobes frontaux plus semblables à ceux des grands singes, ce qui laisse à penser que des changements fonctionnels dans cette région du cerveau ont émergé au sein même du genre Homo.

L'arrière du cerveau montre également des signes d’évolution chez Homo naledi par rapport aux autres hominidés plus primitifs comme l’Australopithecus.

Par exemple, le cerveau humain est généralement asymétrique, le cerveau gauche étant déplacé vers l'avant par rapport au cerveau droit.

Une caractéristique que les chercheurs ont également remarquée dans l'un des fragments des plus complets d’Homo naledi.

En outre, ils ont également trouvé des indices indiquant que la zone visuelle du cerveau, à l'arrière du cortex, était relativement plus petite chez Homo naledi que chez les chimpanzés, un autre trait associé aux humains.

Des cerveaux, des questions

La petite taille du cerveau d’Homo naledi soulève ainsi plusieurs questions sur l'évolution de la taille du cerveau humain.

Chez les ancêtres humains, certaines espèces possédant de gros cerveaux ont peut-être été désavantagées sur le plan évolutif. Cette taille plus grande aurait demandé un régime plus riche, qui exige de consacrer plus de temps à la chasse et à la cueillette. La période de soins aux enfants aurait aussi été allongée.

Un scénario qui ne semble pas bien fonctionner pour Homo naledi, qui avait des mains robustes bien adaptées à la fabrication d'outils, de longues jambes, des pieds comme ceux des humains, et des dents suggérant un régime alimentaire de haute qualité. En outre, ses pieds possédaient de gros orteils rigides, contrairement aux grands singes, dont les gros orteils sont décalés pour leur permettre de mieux grimper aux arbres.

Selon les auteurs, une organisation du cerveau semblable à celle de l'homme pourrait signifier qu’Homo naledi partageait certains comportements avec les humains malgré une taille de cerveau beaucoup plus petite.

Le détail de ces travaux réalisés par des paléoanthropologues américains et sud-africains est publié dans les Proceedings of the National Academy of Sciences.

Plus d'articles