Retour

Le plus petit récepteur radio construit à ce jour

Le plus petit récepteur radio du monde a été créé par des scientifiques de l'Université Harvard à partir d'imperfections dans la structure de diamants.

Cette radio microscopique résiste à des environnements extrêmes et est biocompatible, ce qui signifie qu'elle peut fonctionner à peu près partout, tant dans une sonde spatiale que dans un stimulateur cardiaque.

Les imperfections, situées à l’intérieur de la matrice cristalline du diamant, sont de la taille de deux atomes.

Pour concevoir ce récepteur, le chercheur Marko Loncar et ses collègues ont remplacé un atome de carbone par un atome d'azote dans un morceau de cristal de diamant. Ils ont aussi retiré un atome voisin, ce qui a créé l'architecture d’un atome d’azote suivi d’un espace vide.

Cette structure peut être utilisée pour émettre un photon ou détecter des champs magnétiques très faibles. Elle a des propriétés photoluminescentes, c’est-à-dire qu’elle peut convertir de l’information en lumière.

Pour écouter le résultat:

Dans le dispositif conçu à l’Université Harvard, les électrons qui se trouvent dans les imperfections sont alimentés par la lumière verte émise par un laser.

Ces électrons sont sensibles aux champs électromagnétiques, y compris aux ondes utilisées dans la radio FM. Ainsi, lorsque la structure reçoit des ondes radio, elle les convertit et émet un signal audio sous forme de lumière rouge. Une photodiode commune transforme cette lumière en un courant qui est ensuite converti en son par un haut-parleur ou un casque, comme c'est le cas pour la radio traditionnelle.

Un électroaimant, qui crée un champ magnétique autour du diamant, peut être employé pour changer de station de radio.

Les chercheurs utilisent des milliards d'Imperfections pour stimuler le signal, mais la radio fonctionne avec une seule d'entre elles, émettant un photon à la fois plutôt qu'un flux de lumière.

La radio est extrêmement résistante, grâce à la force intrinsèque du diamant. L'équipe a même réussi à faire jouer de la musique à 350 degrés Celsius.

Cette technologie pourra un jour être employée pour communiquer dans l’espace.

Le détail de cette invention est décrit dans le journal Physical Review Applied.

Plus d'articles

Commentaires