Retour

Le porc-épic Quillan de Science Nord meurt à 14 ans!

Un des plus grands ambassadeurs du centre Science Nord de Sudbury est mort.Le porc-épic Quillan accueillait les visiteurs au 3e étage presque depuis sa naissance, il y a 14 ans.

C'était un atout incroyable pour nous à Science Nord. Les gens pouvaient en apprendre sur la biologie, sur l'écologie. Et avoir un attachement envers un animal. On espérait que les gens, en sortant de Science Nord après avoir vu Quillan, ils aient un intérêt pour la nature.

Bruce Doran, scientifique à Science Nord

Bruce Doran rappelle que c'est toute une génération de visiteurs qui a connu Quillan au cours des 14 années qu'il a vécu à Science Nord.

On le voyait régulièrement « prendre sa marche » sur les différents étages du centre de sciences, accompagné des fameux « sarraus bleus » de l'établissement.Un lien profond s'était d'ailleurs créé entre les scientifiques et Quillan.

Pour ceux qui ont travaillé avec lui, c'est un deuil. Au tout début, il y en a qui l'amenaient à la maison! Il était un bébé de 1 ou 2 mois. Il fallait l'allaiter, l'élever... On s'attache à nos ambassadeurs.

Bruce Doran

En bonne santé

Le scientifique souligne en entrevue au Matin du Nord que Quillan aura eu une « belle et longue vie ».La durée de vie moyenne d'un porc-épic à l'état sauvage est d'environ 7 à 10 ans.Sans le stress des intempéries et des prédateurs, Quillan aura donc survécu bien plus longtemps que ses contemporains dans la nature.

Facile d'approche, jamais agressif, Quillan était l'animal parfait auprès des enfants.Il aura permis de démystifier ces rongeurs.

Il était habitué avec l'interaction avec les humains. On l'avait élevé, il était accoutumé avec tout ce qui l'entourait. C'est pour ça qu'il était tellement bon avec les gens.

Bruce Doran, sarrau bleu à Science Nord

Le cycle de la vie

La mort de Quillan à Science Nord s'ajoute à celle de leur serpent à sonnettes, survenue il y a quelques semaines.

Il avait succombé à une leucémie indétectée par les scientifiques de l'établissement.

Le castor Drifter commence quant à lui à « prendre de l'âge », lui qui est arrivé à Science Nord en 2014.

Même s'il est moins actif, il est toujours possible de le visiter au 3e étage du centre des sciences...

Pour l'instant, les dirigeants de Science Nord ignorent si leur porc-épic sera remplacé.Ils devront prendre du recul et examiner les meilleurs choix pour le centre de science et pour l'expérience auprès des visiteurs.En attendant de trouver une façon originale d'honorer la mémoire de Quillan, Science Nord demande à ses visiteurs de partager sur les médias sociaux les photos de leurs meilleurs souvenirs avec lui.