Retour

Le réchauffement climatique menacerait les forêts boréales

Des chercheurs sonnent à nouveau l'alarme : le réchauffement climatique menacerait tout particulièrement les forêts boréales, ces vastes étendues de résineux, de peupliers et de bouleaux qui recouvrent une bonne partie du nord du Canada, jusqu'à la taïga du Grand Nord.

« Les changements pourraient être très dramatiques et très rapides », a prévenu Dmitry Schepaschenko, de l'institut autrichien pour l'analyse des systèmes appliqués.

M. Schepaschenko fait partie des trois auteurs qui ont collaboré à cette revue exhaustive des études existantes sur la forêt boréale. Leurs conclusions ont été publiées jeudi dans un numéro spécial « Forêts » de la revue Science.

L'un des auteurs travaille également pour Ressources naturelles Canada, mais n'a pas pu commenter l'étude en raison des restrictions imposées aux fonctionnaires fédéraux durant la campagne électorale.

La forêt boréale est l'une des plus grandes zones écologiques de la planète. Elle couvre la majeure partie du nord du Canada et s'étend jusqu'en Scandinavie et dans le nord de la Russie.

Bien qu'elle demeure intacte pour le moment, les chercheurs soulignent que les températures devraient augmenter davantage et plus rapidement en zone boréale que partout ailleurs sur la planète. M. Schepaschenko a affirmé que certaines parties de la Sibérie pourraient se réchauffer de 11 degrés Celsius.

Cela entraînera plus de précipitations, mais pas assez pour contrer la sécheresse causée par le réchauffement. Le temps plus sec créera aussi des maladies et apportera des insectes jusque-là inexistants. De plus, il y aura des incendies de forêt dans cette vaste « ceinture verte » qui recouvre une bonne partie du nord de la planète, en dessous de l'Arctique.

Les trois chercheurs du Québec, de Finlande et d'Autriche rappellent que ces forêts boréales ne peuvent « migrer » assez rapidement vers le nord pour échapper à une hausse aussi rapide des températures.

« Les forêts ne peuvent aller bien loin au nord, a expliqué M. Schepaschenko. La vitesse à laquelle des forêts peuvent migrer est très basse, environ 100 mètres par décennie. »

Par conséquent, les vieilles forêts boréales qui seraient détruites ne devraient pas pouvoir se renouveler dans ces nouvelles conditions, ce qui laisserait une ceinture verte beaucoup plus morcelée.

« Cette forêt se transformera en un type de savane », a ajouté le chercheur autrichien.

Les impacts de ce changement seront énormes et toucheront tout, des milliards d'oiseaux nichés dans la forêt aux industries qui dépendent de ses vastes réserves, en passant par le carbone présentement emprisonné dans le pergélisol.

L'étude conclut qu'une meilleure gestion de la forêt boréale est nécessaire. Par exemple, les épinettes qui sont normalement replantées par les entreprises forestières ne croîtront pas aussi bien dans un environnement plus sec.

« Nous avons réellement besoin d'une forme de gestion forestière adaptée », a fait valoir M. Schepaschenko.

Alors que l'attention est normalement tournée vers le sort des forêts tropicales, que l'on désigne souvent comme les « poumons de la terre », la forêt boréale est tout aussi importante, ne serait-ce que pour la quantité de gaz carbonique qu'elle stocke.

« Les forêts boréales sont sous-estimées en ce moment. Il pourrait y avoir beaucoup de problèmes. Dans notre petit monde, tout est connecté », conclut M. Schepaschenko.

Plus d'articles

Commentaires