Lorsque l'attaquant du FC Barcelone Lionel Messi envoie le ballon dans les câbles, la ville tremble, littéralement. Si c'est d'abord pour s'amuser qu'une équipe de scientifiques a mesuré les secousses sismiques engendrées par les célébrations des fans, ce qu'elle a découvert pourrait s'avérer utile dans le domaine du génie civil.

Jordi Díaz et ses collègues de l’Institut des Sciences de la terre Jaume Almera, situé à Barcelone, ont posé un sismographe à 500 mètres du Camp Nou, domicile de la populaire équipe de soccer.

L'appareil était en fonction lorsque le FC Barcelone est passé à l’histoire, la saison dernière, en devenant la première équipe à combler un retard de quatre buts en Ligue des Champions.

L’équipe a remporté son pari contre le Paris Saint-Germain grâce à un but de dernière minute, arraché devant ses supporteurs. Les chercheurs affirment qu’au moment précis où les admirateurs du FC Barcelone se sont mis à sauter de joie, le sismographe démontre un pic d’activité clair, le plus important qu'il ait enregistré jusqu'à maintenant.

Du FC Barcelone à Bruce Springsteen

Selon Jordi Díaz, l’un des aspects fascinants de cette expérience est le contraste marqué entre les mouvements sismiques causés par une foule composée d’amateurs de sports et une foule de mélomanes.

Les scientifiques ont pu constater la différence lors d’un concert de Bruce Springsteen au Camp Nou. Au lieu de pics d’activité liés aux buts, ils ont identifié des schémas accolés au rythme de chaque chanson.

« On peut voir, grâce aux données sismiques, le moment où Bruce Springsteen passe d’une chanson à l’autre », affirme Jordi Díaz.

D’une expérience ludique à une étude sérieuse

Mesurer l’activité sismique dans le Camp Nou à partir du sous-sol de l'Institut avait d’abord un but simple : initier le grand public aux sciences de la terre. L’analyse des données obtenues s'est toutefois avérée d’intérêt pour la sismologie urbaine, qui gagne en popularité.

« Cette étude a été lancée pour le plaisir, mais nous en explorons désormais les aspects scientifiques », a expliqué le Dr Díaz.

L’Institut des Sciences de la terre Jaume Almera étant situé près d’une des artères principales de Barcelone, les scientifiques ont décidé d’appliquer leur modèle à la circulation automobile.

Ils ont ainsi pu visualiser l’activité sismique quotidienne des véhicules. La précision des données leur permet même d’identifier l’activité sismique générée selon le cycle des lumières régulant la circulation. Ils ont également enregistré l’activité sismique liée au métro et aux trains.

« Nous travaillons même à contacter des écoles de génie afin de déterminer si notre expérience pourrait avoir le potentiel de les intéresser. »

Plus d'articles