Retour

Le simple fait de respirer permet de transmettre la grippe

La toux et les éternuements ne sont pas nécessaires pour transmettre le virus de l'influenza, affirment des chercheurs américains.

Un texte d'Alain Labelle

Les travaux du Dr Donald Milton et de ses collègues de l’Université du Maryland montrent ainsi qu’il est plus facile de propager le virus de la grippe que ce que l'on pensait jusqu’à aujourd’hui.

La plupart des gens croient qu'ils peuvent surtout attraper la grippe en s'exposant aux gouttelettes de la toux ou des éternuements d'une personne infectée ou en touchant des surfaces contaminées.

Or, la présente étude révèle qu’il est possible de transmettre la grippe à d'autres personnes simplement en respirant.

Ces nouvelles connaissances fournissent de nouvelles preuves de l'importance potentielle de la transmission dans l’air ambiant en raison des grandes quantités de virus infectieux que l'on trouve dans le souffle des personnes atteintes de la grippe.

« Donc, lorsqu'une personne attrape la grippe, elle devrait rentrer chez elle et ne pas rester au travail et infecter les autres », affirme Donald Milton.

Dans leur étude, les chercheurs ont capturé et caractérisé le virus de l'influenza dans le souffle expiré de 142 cas confirmés de personnes atteintes de la grippe pendant leur respiration naturelle, leur toux spontanée et leurs éternuements.

Ils ont ainsi pu caractériser et évaluer l'infectiosité des aérosols d'influenza d'origine naturelle.

Les participants ont ainsi fourni 218 échantillons naso-pharyngés les premier, deuxième et troisième jours suivant l'apparition des symptômes.

Les analyses du virus infectieux prélevé sur ces échantillons ont montré qu'un nombre important de personnes atteintes répandent régulièrement des virus infectieux dans des particules en aérosol suffisamment petites pour présenter un risque de transmission aérogène.

Les chercheurs ont été étonnés de constater que 11 (48 %) des 23 échantillons d'aérosols fins prélevés en l'absence de toux présentaient un ARN viral détectable et que 8 de ces 11 échantillons contenaient un virus infectieux, ce qui laisse à penser que la toux n'est pas nécessaire à la production d'aérosols infectieux dans les fines gouttelettes d'aérosol.

Autre fait intéressant, les quelques éternuements observés lors de l’étude n'ont pas été associés à une présence plus importante du virus dans des aérosols grossiers ou fins, ce qui laisse aussi à penser que les éternuements ne contribuent pas de façon importante à l'excrétion du virus grippal dans les aérosols.

Ces résultats suggèrent donc que le fait de garder les surfaces propres, de se laver les mains tout le temps et d'éviter les gens qui toussent n'offre pas une protection complète contre la grippe.Une personne grippée doit donc rester à la maison et éviter les espaces publics pour prévenir la propagation du virus.

Le détail de cette étude est publié dans les annales de l’académie américaine des sciences (PNAS).