Le coeur sombre d'une tache solaire dont la taille avoisine les deux diamètres terrestres peut être observé parmi les nouvelles images captées par le Vaste réseau (sub-)millimétrique de l'Atacama (ALMA) au Chili.

Un Texte d'Alain LabelleDepuis des siècles, les astronomes étudient le Soleil, scrutent sa surface et sondent son atmosphère énergétique. Pour bien comprendre les processus physiques à l’œuvre, les scientifiques doivent pouvoir l’observer sur l’ensemble du spectre électromagnétique – en particulier dans les domaines millimétrique et submillimétrique.

La luminosité du Soleil est des milliards de fois supérieure à celle des objets faiblement brillants qu’ALMA observe de façon générale.

Pour cette raison, ses antennes ont été spécialement conçues pour leur permettre d’observer le Soleil dans le moindre détail grâce à la technique de la radio-interférométrie, sans pour autant être endommagées par l’intense chaleur générée par la focalisation de la lumière solaire.

Ce travail a mené à la production d’une série d’images qui témoignent du potentiel unique d’ALMA, de sa capacité à étudier notre Soleil.

Ces images montrent ainsi des détails habituellement invisibles, ce qui améliorera certainement notre connaissance des processus physiques qui gouvernent le Soleil.

Elles confirment la capacité d’ALMA à scruter l’activité solaire à des longueurs d’onde plus élevées que celles généralement observées depuis la surface terrestre.

L’équipe a observé une énorme tâche solaire aux longueurs d’onde de 1,25 et 3 millimètres correspondant à deux des bandes réceptrices d’ALMA. Les images révèlent des différences de températures entre les zones de la chromosphère solaire.

Le fait de comprendre la source de chaleur ainsi que la dynamique de la chromosphère solaire (région qui surplombe la photosphère, ou surface visible du Soleil) constitue un domaine clé de la recherche actuelle, qu’ALMA permettra d’aborder dans un avenir proche.

Les taches solaires sont des phénomènes transitoires qui se produisent dans des régions où le champ magnétique du Soleil se trouve extrêmement concentré et puissant. Leur température est inférieure à celle des régions environnantes, ce qui explique leur apparence relativement sombre.

L’utilisation d’une seule et unique antenne d’ALMA a permis de cartographier l’intégralité du disque solaire à la longueur d’onde de 1,25 millimètre, grâce à une technique de balayage rapide. La précision et la rapidité d’observation permises par cette seule et unique antenne d’ALMA ont permis de dresser une carte du disque solaire en quelques minutes seulement.

Ces cartes indiquent la distribution de températures au sein de la chromosphère sur l’intégralité du disque à faible résolution spatiale. Elles s’inscrivent donc en complément des images interférométriques détaillées de chacune des régions présentant un intérêt.

Plus d'articles

Commentaires