Le télescope spatial Kepler est toujours en vie à quelque 120 millions de kilomètres de la Terre, ont annoncé les responsables de la mission à la NASA.

Un texte d'Alain Labelle

L'engin était tombé en mode urgence la semaine dernière. Les ingénieurs au sol ont cependant réussi, dimanche, à le stabiliser.

Kepler, lancé en 2009, est le premier télescope consacré à la recherche d'exoplanètes semblables à la Terre dans d'autres systèmes solaires de notre galaxie, la Voie lactée.

Il a révolutionné l'étude des exoplanètes. Jusqu'à maintenant, ce télescope a réussi à détecter près de 5000 exoplanètes, dont plus de 1000 ont été confirmées.

Cette sonde, qui a coûté 600 millions de dollars, a complété sa mission initiale en 2012. Elle a depuis été prolongée jusque'à cette année.

En mode urgence

Les responsables de la mission ignorent ce qui s'est passé. Ils analyseront attentivement, dans les prochains jours, les données de vol qui parviennent petit à petit sur Terre.

Ils veulent aussi s'assurer que la sonde est assez forte pour reprendre ses observations.

Le problème technique est survenu juste avant que la trajectoire de Kepler soit réorientée vers le centre de la Voie lactée, afin que l'appareil amorce une nouvelle phase de sa mission.

Ce n'est pas la première fois que Kepler « défie la mort » . Les ingénieurs au sol avaient réussi il y a quelques années à la maintenir en activité après plusieurs pannes répétées.

En 2013, par exemple, le télescope avait connu une panne majeure de son système de positionnement. Deux de ces quatre gyroscopes avaient rendu l'âme. Les ingénieurs avaient réussi à développer une manœuvre pour pallier cette défaillance en se servant de la pression générée par le rayonnement solaire pour assurer la stabilité du télescope.

Mais la sonde n'avait jamais atteint un niveau d'alerte semblable à celui de la semaine dernière.

Le responsable de la mission, Charlie Sobeck, a indiqué que Kepler avait été sauvée « grâce à la réaction rapide et à la détermination des ingénieurs tout au long du week-end ».

Plus d'articles

Commentaires