Distinguer le velours du satin demande une capacité de différenciation importante que nous devons à de petits organes sensoriels situés au bout des doigts. Des chercheurs américains ont découvert comment l'information recueillie est traitée au bout des doigts pour ensuite entreprendre son voyage vers le cerveau. Explications.

Un texte d'Alain Labelle

Ce sont les disques de Merkel situés à la base de l'épiderme qui sont responsables de la perception tactile de grande précision.

Le chercheur Jianguo Gu et ses collègues de l'Université d'Alabama à Birmingham ont établi que l'information sensorielle est traitée dans les cellules de Merkel, puis transportée par les nerfs sensitifs pour ensuite prendre le chemin du système nerveux central.

Jusqu'à récemment, il n'était pas clair que la transformation de la force mécanique du toucher en un signal électrique acheminé vers les nerfs se produisait bien dans les disques de Merkel.

L'équipe de recherche a découvert comment la contrainte mécanique du toucher est transformée, par le biais d'une molécule appelée Piezo2, en signal électrique envoyé vers les terminaisons nerveuses, ce qui déclenche ensuite un influx nerveux.

Cette meilleure compréhension à l'échelle moléculaire de la transmission de l'information sensorielle pourrait éventuellement aider à mieux expliquer l'allodynie tactile, une douleur provoquée par une stimulation normalement non douloureuse.

Elle pourrait aussi expliquer comment certaines personnes diabétiques perdent leur sens du toucher et mener à la création de traitements préventifs.

Le détail de ces travaux est publié dans les Proceedings of the National Academy of Sciences.