Le satellite Aqua de la NASA a transmis des images du tourbillon d'air arctique (vortex) qui s'installe depuis quelques jours sur le Canada et le nord des États-Unis et qui fera baisser les températures encore davantage vendredi pour ensuite remonter samedi et dimanche.

L’agence américaine a réalisé une animation des températures recueillies à 5500 mètres d’altitude par l’instrument AIRS (Atmospheric Infrared Sounder) embarqué sur le satellite.

L'animation montre les températures plus froides en mauve. Les températures plus chaudes apparaissent en orange et en rouge. La zone en bleu indique la frontière entre l'air froid et l’air chaud.

Au sol, les températures vont descendre de 20 °C à 30 °C sous les moyennes saisonnières. Des températures avoisinant les -30 °C seront ressenties au Canada et en Nouvelle-Angleterre. Elles pourraient même atteindre les -35 °C.

Le grand froid ne durera toutefois pas puisque le vortex s’amène tôt en décembre.

Il resterait plus longtemps plus tard dans la saison. Ce n’est pas très fréquent en décembre.

Pascal Yiacouvakis, météorologue de Radio-Canada

Lorsque le vortex polaire est fort, il ne sort habituellement pas des limites du cercle arctique. Mais lorsqu’il s'affaiblit, il est plus susceptible d'envoyer des vents d'air froid vers des latitudes plus basses.

En 2014, le vortex s’était déplacé vers le sud à quelques reprises.

Il n’y a aucune règle claire dans l’atmosphère puisque de nombreux phénomènes y sont en interaction. Cela n’annonce pas nécessairement un hiver plus froid que la moyenne.

Pascal Yiacouvakis

Un tourbillon polaire est une dépression de grande taille, localisée près d'un des pôles géographiques d'une planète. Sur la nôtre, il se forme dans la haute et moyenne troposphère et dans la stratosphère.

Notons que 2016 est quand même sur le point d’être déclarée l’année la plus chaude jamais enregistrée à l’échelle mondiale avec notamment des températures de 20 degrés au-dessus des normales enregistrées en Arctique.

Plus d'articles

Commentaires