Les abeilles sont capables de se représenter et d'interpréter le zéro, montre une expérience menée par des scientifiques français et australiens.

Un texte d'Alain LabelleCette expérience est la première à prouver que des insectes sont capables d'abstraction mathématique.

Le chiffre zéro est au centre des mathématiques contemporaines et de notre culture scientifique et technologique avancée, mais il reste un concept difficile à comprendre. Les enfants saisissent le zéro longtemps après avoir commencé à comprendre, vers l'âge de 4 ans, que « rien » peut être une quantité numérique inférieure à un.

Les scientifiques ont longtemps pensé que le concept de « rien » en tant que quantité numérique était hors de portée de la compréhension animale.

Pourtant, depuis les dernières années, des études menées sur les vertébrés présentant un stade cognitif avancé remettent en question cette réalité. Par exemple, des singes et des oiseaux ont montré être capables non seulement de distinguer les quantités numériques, mais aussi de comprendre qu’un ensemble vide représente la plus petite quantité dans la conception mentale des nombres.

L'abeille s'ajoute au club sélect

Les présents travaux montrent ainsi que l'abeille, un petit insecte bien éloigné de l'humain dans l’arbre généalogique de la vie, appartient aussi au club d'élite des animaux qui saisissent l'ensemble vide comme précurseur conceptuel du nombre zéro.

La chercheuse Aurore Avarguès-Weber du Centre de recherches sur la cognition animale (Université Toulouse III – Paul Sabatier) et ses collègues australiens estiment que leur expérience montre qu'un ensemble vide, le zéro, est considéré par ces insectes comme un nombre inférieur aux autres.

Comme il était déjà établi que les abeilles savaient compter au moins jusqu'à 5, les chercheurs les ont formées au concept de « plus grand que » et « plus petit que ».

Ainsi, après avoir appris que les images contenant le moins d’éléments sont associées à une récompense (de l'eau sucrée), les abeilles ont choisi l’image vide. L’expérience montre qu’un ensemble vide, le zéro, est considéré par ces insectes comme un nombre inférieur aux autres.

Ainsi, en choisissant l'image vide comme étant celle qui comporte le moins d'éléments, les abeilles ont montré qu'elles étaient capables d'extrapoler en considérant que le zéro est inférieur à 5, 4, 3, 2 ou 1.

Le détail de ces travaux est publié dans la revue Science.