Retour

Les baleines empêtrées dans de l'équipement de pêche subiraient un stress démesuré

Les baleines noires empêtrées dans de l'équipement de pêche souffrent d'un stress extrême. C'est ce que démontre une nouvelle étude qui s'est intéressée aux hormones trouvées dans les excréments de ces mammifères marins.

En mesurant le niveau de ces hormones, les scientifiques ont déterminé que le stress des baleines est extraordinairement élevé.

« Ça nous dit qu’il y a un traumatisme physique et une souffrance extrêmes », dit Rosalind Rolland, chercheuse au Anderson Cabot Center for Ocean Life, à l’Aquarium de la Nouvelle-Angleterre. Elle est l’auteure principale de l’étude. « Ce n’est pas qu’une petite hausse. Ça dépasse l’entendement! »

Des hormones de stress ont été détectées dans les excréments de 125 baleines noires, sur une quinzaine d’années. Les chercheurs ont trouvé des taux élevés de ces hormones, dont le cortisol, associé à la réaction physiologique de fuite ou de lutte chez des animaux qui ont connu une mort lente, mais pas chez ceux qui sont morts suite à une collision avec un navire.

Rosalind Rolland dit que l’étude est la première à s’intéresser exclusivement aux baleines noires de l’Atlantique Nord enchevêtrées dans de l'équipement de pêche. « L’enchevêtrement est commun dans cette population, dit-elle. Quatre-vingt-trois pourcent des baleines noires vont se prendre dans de l’équipement de pêche à un moment ou un autre et la moitié vont le faire au moins deux fois. »

Comme vétérinaire, Rosalind Rolland ajoute qu'elle n'est pas compétente pour faire des comparaisons avec les humains, mais elle peut le faire avec d’autres animaux. « Si je constatais des taux si élevés de cortisol chez un chien, un chat ou un cheval, je serais très alarmée, dit-elle. Ce n’est pas une réaction subtile. Je me dirais que cet animal est en détresse extrême et en grave danger. »

La population de baleines noires de l’Atlantique Nord a subi de lourdes pertes cette année, avec la mort prématurée d’au moins 16 d’entre elles. Il ne reste qu’environ 450 de ces mammifères marins sur la planète.

Hormones de grossesse

Les scientifiques ont commencé à amasser des échantillons d’excréments de baleines noires en 1999. « J’ai eu l’idée folle de développer un test de grossesse pour les baleines noires, explique Rosalind Rolland. À cette époque, les taux de vêlage étaient extrêmement bas. En fait, un seul baleineau est venu au monde dans toute l’année 2000. »

La chercheuse a publié des articles sur la détection d’hormones de grossesse dans les excréments de baleines, ce qui a mené à l’étude d’hormones de stress chez les baleines empêtrées.

Selon Rosalind Rolland, sa méthode peut même servir à déterminer le niveau de stress chez des baleines qui sont mortes depuis 15 ans. Le processus est facilité par le fait que les excréments de baleines flottent à la surface des océans.

Les chercheurs ont reçu l’aide de chiens renifleurs. « Ce sont les mêmes chiens qui servent à détecter la drogue, mais ils sont entraînés pour trouver les déjections de baleines », explique Rosalind Rolland.

« Nous les avons formés pour qu’ils travaillent à bord de nos bateaux et ils sont phénoménaux. Nous avons trouvé beaucoup d’échantillons durant ces quatre années. »

Plus d'articles

Commentaires