Retour

Les bébés ont aussi des AVC, mais ils s’en remettent

Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) sont fréquents chez les personnes âgées, mais ces événements dévastateurs frappent aussi les bébés, qui toutefois s'en remettent sans séquelles. Explications.

Un texte d'Alain Labelle

La naissance est stressante et particulièrement difficile pour les vaisseaux sanguins et la circulation sanguine des bébés. Mais, contrairement aux adultes, les nouveau-nés qui subissent un accident vasculaire cérébral dans la région du cerveau associée au langage conservent par la suite la capacité de communiquer.

La chercheuse Elissa Newport et ses collègues du centre médical de l’Université Georgetown aux États-Unis se sont intéressés à cette réalité. S’ils savaient que le cerveau humain présente un degré élevé de plasticité au début de la vie, ces scientifiques ont voulu mieux comprendre comment les bébés acquièrent le langage en utilisant d'autres régions du cerveau lorsque l'hémisphère gauche est endommagé, et comment leurs cerveaux se réorganisent.

Ces travaux ont permis de constater que les adolescents qui ont subi un accident vasculaire cérébral au moment de leur naissance ne présentent aucun problème de langage lorsqu’ils sont comparés à leurs frères et sœurs n’ayant pas subi d’accident.

Pour l’établir, l’équipe de recherche a analysé en détail leurs cerveaux pour comprendre comment ces organes avaient compensé après avoir subi de graves lésions cérébrales.

  • Chez les adultes qui n’avaient pas subi d’AVC plus jeunes, les examens ont montré que les zones de traitement du langage du côté gauche du cerveau étaient très actives.
  • Chez ceux qui avaient subi un AVC et dont les tissus cérébraux dans cette région étaient endommagés, l'activité cérébrale s'était déplacée vers la région de l'hémisphère droit miroir de la région linguistique normale (voir image).

Cette région de l'hémisphère droit n'est pratiquement jamais utilisée pour comprendre le langage chez les personnes sans AVC, et les adultes qui ont eu un accident vasculaire cérébral ne l'utilisent pas pour le traitement de la parole.

Les chercheurs pensent que les nouveau-nés bénéficient donc d’une courte période pendant le développement durant laquelle le cerveau est suffisamment souple pour permettre ces adaptations.

Les auteurs de ces travaux présentés lors de la rencontre annuelle de l'association américaine pour l'avancement de la science qui se tient actuellement à Austin, au Texas, veulent maintenant comprendre ce qui permet cette élasticité, ce qui pourrait aider les survivants adultes de l'AVC à retrouver la capacité de parler et de comprendre le langage.